Un drone iranien survole un porte-avions américain dans le golfe Persique

Les Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique iranienne, ont été placés début avril sur la liste des organisations terroristes de Washington. 

Un exercice naval conjoint entre les Etats-Unis et le Qatar dans le Golfe persique, le 16 juin 2017.
Un exercice naval conjoint entre les Etats-Unis et le Qatar dans le Golfe persique, le 16 juin 2017. (STRINGER / ANADOLU AGENCY / AFP)

Un drone des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique iranienne, a survolé un porte-avions américain croisant dans le golfe Persique, affirme l'agence de presse iranienne Tasnim, dimanche 27 avril. Celle-ci publie une vidéo non datée dans laquelle figure un drone bleu clair avec l'inscription "Ababil III" en lettres persanes et latines. Les images, accompagnées d'une musique évoquant un film d'action, ont été tournées par la force navale des Gardiens de la Révolution, écrit Tasnim.

L'appareil décolle d'une piste désertique en bord de mer, puis la vidéo montre une vue aérienne de deux bâtiments de guerre croisant en mer et semblant appartenir à l'escorte d'un porte-avions dont s'approche ensuite la caméra. Sur la tourelle de ce bâtiment est inscrit le matricule 69 en chiffres géants. La vidéo donne ensuite, sous forme d'informations incrustées dans l'image, des détails sur les numéros de plusieurs avions sur le pont, pour certains visibles à l'oeil nu, notamment ceux de deux avions de surveillance américains Hawkeye AWACS et de quelques avions de combat F18.

Les Gardiens de la Révolution sur la liste des organisations terroristes des Etats-Unis

Les Etats-Unis ont annoncé le 8 avril le placement des Gardiens de la Révolution sur leur "liste des organisations terroristes étrangères". En réponse, le Conseil suprême de la sécurité nationale iranien a annoncé le même jour qu'il considérait désormais les forces américaines déployées au Moyen-Orient, dans la Corne de l'Afrique et en Asie centrale, comme des "groupes terroristes".

L'Iran se considère comme le gardien du Golfe et dénonce régulièrement la présence militaire américaine dans ce bras de mer. Mercredi, à New York, le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, a averti les Etats-Unis qu'ils s'exposeraient à des "conséquences" s'ils prenaient "la mesure folle" d'interdire à l'Iran l'accès au détroit d'Ormuz, qui ferme le Golfe et par lequel passerait un tiers du pétrole transitant par voie maritime.