Cet article date de plus de quatre ans.

Vidéo Donald Trump : "Regardez ce qui se passe en France : Paris n'est plus Paris !"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Discours de Trump devant les conservateurs : Paris n'est plus Paris
REUTERS
Article rédigé par
France Télévisions

Le président des Etats-Unis s'est exprimé devant la Conservative political action conference, la grande réunion annuelle des conservateurs américains, dans le Maryland, vendredi.

Après l'Allemagne et la Suède, c'est la France, et plus particulièrement Paris, que Donald Trump égratigne. Le président américain l'a fait lors d'un discours devant les sympathisants du Parti républicain réunis, vendredi 24 février à National Harbor (Maryland), près de Washington.

S'exprimant devant quelque 10 000 délégués de la Conservative political action conference, la grand réunion annuelle des conservateurs américains, le président américain a pointé du doigt l'insécurité qui règne, selon lui, dans la capitale française : "Regardez la Suède, regardez l'Allemagne, regardez ce qui se passe en France, regardez Nice, Paris. J'ai un ami, un type bien, il aime la Ville lumière, il aime Paris. Année après année, en été, il allait à Paris avec femme et enfants. Je ne l'ai pas vu depuis un temps, je lui demande : 'Jim, comment va Paris ? 'Paris ! Je ne retournerai plus jamais à Paris, Paris n'est plus Paris !'". Le nouveau président américain s'exprimait alors sur le terrorisme islamiste et le groupe Etat islamique, qui perpétré plusieurs attentats en France.

Nouvelle attaque contre la presse

Donald Trump s'est également attaqué, une nouvelle fois, à la presse, à ceux qu'il désigne comme les diffuseurs de "fausses informations" ("fake news"). Il qualifiait récemment le New York Times ou les chaînes de télévision NBC, ABC ou CNN "d'ennemis du peuple". Il est également revenu sur ses promesses de campagne : la disparition de l'Obamacare, la construction d'un mur à la frontière mexicaine, et les nouvelles orientations de la politique extérieure américaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.