40 000 km de murs séparent des êtres humains

Le mur de Berlin est tombé il y a 30 ans en Allemagne. Il était appelé le "mur de la honte". 30 ans après, de nombreux murs séparent encore des peuples.

f

Après le 11 septembre 2001, les populations ont eu un besoin accru de sécurité. La lutte contre le terrorisme s'est également accrue. Le mur le plus emblématique est celui construit par Israël pour se prémunir des attaques terroristes en provenance des territoires palestiniens. La Tunisie a quant à elle construit une grande barrière à sa frontière avec la Libye.

Un mur en France

Autre raison pour construire un mur : l'idéologie politique ou religieuse. On en construit plus. Mais certains sont encore debout, comme celui entre la Corée du Sud et la Corée du Nord ou celui à Belfast, en Irlande du Nord, qui sépare les quartiers catholique et protestant.

En Lituanie, un mur a été construit à la frontière avec une enclave russe, pour lutter contre le trafic de cigarettes. Il y a beaucoup de murs récents, construits pour empêcher l'immigration clandestine entre les États-Unis et le Mexique, entre Ceuta (Espagne) et le Maroc ou entre la Serbie et la Hongrie. En France, le Royaume-Uni a construit un mur anti-migrants d'un kilomètre de long à Calais (Pas-de-Calais). Tous les murs du monde mis bout à bout atteignent 40 000 km de long, soit l'exacte distance de la circonférence de la Terre.

Ce mur est construit sur le tracé de la frontière serbe, parallèlement aux barbelés mis en place en 2015.
Ce mur est construit sur le tracé de la frontière serbe, parallèlement aux barbelés mis en place en 2015. (KAMILA STEPIEN / CITIZENSIDE / AFP)