Cet article date de plus de cinq ans.

Le Français Killian Tillie, étoile montante du basket américain

A 19 ans, Killian Tillie dispute, ce lundi, la prestigieuse finale du championnat universitaire américain de basket. Issu d'une famille de sportifs de haut niveau, le petit Français suit les pas de Joakim Noah.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Killian Tillie, le 1er avril 2017 après la victoire de Gonzaga sur South Carolina (77-73) en demi-finale du championnat universitaire américain de basket (NCAA).
  (RONALD MARTINEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Il a déjà un pied dans la légende. Le Français Killian Tillie joue ce lundi 3 avril 2017 la finale du championnat universitaire américain de basket. Son équipe, Gonzaga, affronte celle de North Carolina, l'ancienne université du célèbre Michael Jordan dans l'Etat de Caroline du Nord. 

À 19 ans, Killian Tillie sera le deuxième Français à disputer la finale du prestigieux NCAA, après Joakim Noah, titré en 2006 et 2007 avec Florida. Ce championnat universitaire est particulièrement suivi aux Etats-Unis et fait souvent office de marche-pied vers la NBA, la principale ligue de basket-ball.

Petit dernier d'une famille de haut niveau

Le "petit frenchie" a la compétition dans le sang : son père, Laurent Tillie est l'entraîneur de l'équipe de France de volley-ball ; ses frères aînés sont des internationaux de basket (Kim) et de volley (Kévin) : sa mère Caroline est une ancienne volleyeuse internationale néerlandaise. D'ailleurs, toute la famille va regarder ce match. Sa mère est déjà sur place avec son frère Kevin. Son père, lui, sera devant sa télévision.

"On est tous super excités parce que c'est un événement incroyable", se réjouit Laurent Tillie au micro de franceinfo. Il compte mettre "trois réveils" pour suivre la finale à trois heures du matin, heure française. "Il faut vraiment que tout s'aligne pour pouvoir arriver jusqu'en finale, assure-t-il. [Gonzaga] se retrouve pour la première fois de l'université en finale de championnat, d'habitude c'est toujours North Carolina, Duke, Kentucky."

Si le père vit cela à distance comme "un rêve". Son fils Killian "lui, le prend de façon tout à fait naturel, raconte Laurent Tillie, c'est vraiment la beauté de cette jeunesse-là".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.