Etats-Unis : quatre questions sur la pénurie de lait infantile qui a conduit Joe Biden à instaurer un pont aérien

Les rayons de lait pour bébé sont à moitié vides, au point que des parents tentent de fabriquer leur propre préparation, au risque de mettre en danger des enfants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Une femme achetant du lait infantile dans un magasin Target à Annapolis (Maryland), le 16 mai 2022. (JIM WATSON / AFP)

C'est devenu "une des priorités" du président américain, Joe Biden. Les Etats-Unis souffrent d'une pénurie majeure de lait pour bébé : les étalages se vident les uns après les autres à travers le pays, obligeant les magasins à rationner les achats et conduisant des parents à mettre en danger la santé de leur enfant. D'où vient cette pénurie, et comment le pays y répond-il ? Franceinfo revient sur le sujet en quatre questions.

Quelle est l'ampleur de la pénurie ?

Le lait infantile est en ce moment l'un des produits les plus difficiles à trouver sur les rayonnages des magasins américains. Le stock disponible à l'achat dans le pays était inférieur de 43% à son niveau habituel entre le 1er et le 8 mai, selon le fournisseur de données Datasembly*. Ce taux a augmenté de manière quasi continue depuis le mois de novembre 2021, quand il n'était que de 11%, selon la firme.

Certains Etats sont plus durement touchés que d'autres : la baisse des stocks atteint 54% dans le Delaware ou le Tennessee, selon Bloomberg*. Plusieurs chaînes américaines de magasins ou de pharmacies, comme Target et CVS, ont par conséquent limité la quantité de lait qu'il est possible d'acheter en une fois.

Comment s'explique cette pénurie ?

De nombreux facteurs entrent en jeu. La pandémie de Covid-19 a perturbé la production de lait pour bébé aux Etats-Unis, en ralentissant le transport des matières premières et en contaminant les employés des usines. Mais c'est surtout l'arrêt du plus grand site de production américain, en février, qui a précipité la pénurie.

Le géant Abbott a fermé son usine de Sturgis (Michigan) et rappelé des produits suspectés d'avoir causé quatre cas d'infection bactérienne chez des nourrissons, dont deux mortels. La FDA, l'agence américaine de sûreté des aliments, a finalement exonéré Abbott, mais elle a trouvé d'autres manquements sanitaires et la production n'a donc toujours pas repris.

Dans le même temps, le pays n'a pas la possibilité d'importer de produits similaires. La plupart des marques étrangères n'ont pas l'autorisation de la FDA pour commercialiser leurs produits aux Etats-Unis, à cause des normes d'étiquetage et de conditionnement, explique France 24. Le marché américain du lait infantile est donc concentré entre les mains de quelques grosses firmes nationales.

Comme il s'agit d'un secteur peu rentable, les fabricants peuvent être tentés d'augmenter leurs marges en réduisant les coûts, selon un spécialiste interrogé par Fortune*. Sauf qu'en fonctionnant à flux tendus, ils n'ont plus les moyens de faire face à une perturbation de l'approvisionnement ou à une forte hausse de la demande. Or, le spectre d'une pénurie pousse les parents à acheter plus.

Quels sont les dangers causés par cette pénurie ?

Pour de nombreuses familles américaines, le lait infantile est une nécessité. Dans le seul pays riche qui ne garantit pas aux parents de congé maternité rémunéré, selon le World Policy Center*, les mères doivent souvent reprendre le travail très peu de temps après l'accouchement, ce qui les empêche d'allaiter.

Les foyers modestes sont aussi touchés par la hausse des prix et faire livrer du lait infantile depuis un autre Etat américain peut coûter cher. Des aides alimentaires publiques existent, mais elles ne sont utilisables que pour des gammes précises de lait, ce qui limite encore plus le choix.

De plus, il n'est pas toujours facile de changer de marque si l'une d'elles vient à manquer. Selon la Maison Blanche*, quelque 5 000 enfants américains seraient dépendants de gammes de lait infantile bien précises. "Certains enfants pourraient avoir des gaz, un inconfort ou recracher si les parents utilisent une marque différente", décrit Mona Amin, pédiatre de Floride interrogée par Bloomberg*.

Il est indispensable d'alimenter les nourrissons avec du lait adapté à leurs besoins en nutriments, pour ne pas les exposer à de graves problèmes de santé. C'est pourquoi les pédiatres exhortent les parents à ne pas "fabriquer" eux-mêmes du lait, contrairement à ce que proposent de nombreuses publications virales sur les réseaux sociaux.

Quelles mesures ont été prises pour y remédier ?

Aux grands maux, les grands remèdes. Alors que l'opposition républicaine reprochait à Joe Biden son inaction, le président américain a décidé d'établir un pont aérien, mercredi 18 mai : l'opération "Fly Formula" visera à importer du lait infantile répondant aux normes américaines.

Le ministère de la Défense "utilisera ses contrats avec des compagnies aériennes commerciales de fret, comme il l'a fait pendant les premiers mois de la pandémie de Covid, pour transporter des produits provenant d'usines à l'étranger" et satisfaisant les normes de sécurité américaines, a précisé la Maison Blanche. Joe Biden a aussi demandé à ses ministres de la Santé et de l'Agriculture de "prendre toutes les mesures possibles et appropriées pour importer davantage de lait pour bébé".

A la demande d'élus républicains et démocrates, le président a également fait appel à une loi datant de la Guerre froide, le "Defense Production Act". Grâce à ce texte, les ingrédients du lait en poudre infantile devront être vendus en priorité aux fabricants de lait, même s'ils peuvent servir à d'autres produits en temps normal.

Enfin, la FDA a relâché ses critères pour accélérer l'autorisation des importations et autorisé le redémarrage de l'usine Abbott de Sturgis. Mais le fabricant a expliqué que la nouvelle production mettrait huit à dix semaines à arriver dans les magasins.

* Les liens suivis d'un astérisque sont en anglais.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.