Etats-Unis : les trottinettes électriques ont fait plus de 1 500 blessés depuis fin 2017

Le magazine d'une association de consommateurs a recensé ces cas dans près de 50 villes où existent des trottinettes en libre-service.

Une femme circule en trottinette, à San Francisco (Californie), le 17 avril 2018.
Une femme circule en trottinette, à San Francisco (Californie), le 17 avril 2018. (JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Au moins 1 500 personnes ont été soignées après des accidents survenus en trottinette électrique aux Etats-Unis depuis fin 2017, début de l'engouement pour ce mode de transport, selon le magazine Consumer Reports (en anglais), l'équivalent américain de l'UFC-Que choisir. Celui-ci précise précise que ces chiffres, fondés sur des statistiques des hôpitaux et des services de police, ne sont pas exhaustifs. Ils ne prennent pas en compte quatre décès, liés à des trottinettes électriques et rapportés par la presse.

En contactant 110 hôpitaux et 5 services d'urgences dans 47 villes américaines où sont présentes les trottinettes en libre-service d'au moins un des deux plus gros noms du secteur, Bird et Lime, Consumer Reports a dénombré 1 542 cas de soins d'urgences pour des blessures liées à ces engins. D'après le magazine, les blessures sont souvent des traumatismes crâniens, fractures du nez ou de l'avant-bras. Les usagers sont encouragés par les loueurs à porter des casques, mais il n'y pas de cadre légal contraignant.

Des données sous-estimées

Selon Consumer Reports, ces chiffres peuvent par ailleurs être sous-évalués, car les hôpitaux, pompiers ou policiers ne précisent pas toujours si la victime était sur une trottinette. Ainsi, plus de la moitié des services contactés n'avaient pas de données détaillées. Impossible également de calculer le taux d'incidents par rapport à la distance parcourue, ce qui permettrait de comparer la dangerosité de la trottinette à d'autres modes de transport.

Ces chiffres ne prennent pas en compte le fait que les trottinettes réduisent le trafic automobile, a réagi dans une déclaration écrite Paul White, directeur de la sécurité chez Bird. "Conduire est bien plus meurtrier pour tout le monde, comme le montrent les 6 000 piétons tués sur les routes américaines en 2017", a-t-il estimé. "Nous sommes fiers de proposer une alternative de transport qui permet d'éviter la voiture, non seulement pour réduire la mortalité sur les routes mais aussi pour contribuer à aider le climat", a-t-il encore assuré.