REPLAY. Regardez en intégralité l'audition de l'ancien patron du FBI sur Donald Trump et la Russie

Le président des Etats-Unis aurait demandé à James Comey de mettre fin aux enquêtes sur les liens de son ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, avec la Russie.

PBS NEWSHOUR
Ce qu'il faut savoir

L’ancien directeur du FBI témoigne, jeudi 8 juin, devant la commission du Renseignement du Sénat américain. James Comey a dénoncé des "mensonges" de la Maison Blanche, mais a assuré que Donald Trump ne lui a pas demandé "d'arrêter" l'enquête sur l'ingérence russe aux Etats-Unis. Une audition à voir et à commenter à partir de 16 heures sur notre site franceinfo.fr.

Un témoignage crucial. Cette audition est l'une des plus importantes organisées par le Congrès américain depuis des années. Elle pourrait avoir des conséquences pour la présidence Trump, empoisonnée depuis son investiture, le 20 janvier, par des soupçons de collusion entre des membres de son entourage et des responsables russes.

Pas de demande précise... "Directeur Comey, est-ce que le président, à un quelconque moment, vous a demandé d'arrêter l'enquête du FBI sur l'ingérence russe dans l'élection américaine de 2016 ?", a interrogé Richard Burr, le président de la commission. "Non", a répondu James Comey, qui témoigne sur les interventions du président américain dans l'enquête russe. Il a écarté d'un même "non" une telle demande émanant d'un "individu de l'administration" Trump.

 ... mais des demandes "très dérangeantes". Toutefois, James Comey a jugé que les demandes de Donald Trump à son égard étaient "très dérangeantes" mais que ce n'était pas son rôle de déterminer si le président américain avait fait entrave à la justice. L'ancien directeur du FBI a accusé l'administration de Donald Trump, qui l'a limogé début mai, de l'avoir "diffamé", ainsi que la police fédérale. "Ce sont des mensonges purs et simples", a-t-il déclaré lors d'une audition au Congrès.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ETATS_UNIS

21h51 : Si vous n'avez pas tout suivi de l'audition de l'ancien directeur du FBI, devant le Sénat Américain, nous vous avons sélectionné trois déclarations à retenir. "L'administration a choisi de me diffamer", a notamment déclaré James Comey.

19h04 : "Nous allons nous battre et gagner." Le président des Etats-Unis, Donald Trump, n'a pas répondu directement aux accusations explosives de l'ancien patron du FBI James Comey, qu'il a limogé. Mais le président a tenté de rassembler ses partisans autour d'un message de défiance.

18h51 : L'audition de James Comey vient de se terminer. Quelques minutes auparavant, l'ancien directeur du FBI a déclaré qu'il pensait avoir été limogé pour modifier la façon dont était menée l'enquête sur la Russie.

18h46 : "Je peux affirmer avec certitude que le président n'est pas un menteur", a affirmé une porte-parole de la Maison Blanche. Peu avant, l'ancien directeur du FBI, James Comey, avait accusé l'administration Trump de l'avoir calomnié et d'avoir dit des mensonges au sujet de la police fédérale.

17h20 : Donald Trump n'a pas explicitement demandé à l'ancien du FBI d'abandonner l'enquête sur son ancien proche conseiller Michael Flynn, mais James Comey a pris les paroles du président américain "comme une instruction", a-t-il affirmé.

17h13 : Si Donald Trump n'a pas twitté depuis hier, son fils, Donald Trump Jr, commente assidûment l'audience de James Comey. Sans grande surprise, il prend la défense de son père : "Connaissant mon père depuis 39 ans, quand il ordonne ou demande quelque chose, il n'y a pas d'ambiguïté. Tu sais exactement ce qu'il veut dire."

17h02 : "Le président ne m'a pas précisemment demandé d'arrêter l'enquête sur la Russie. La conversation avec le président, pour moi, était très inquiétante."


16h44 : Retour à Washington pour la suite de l'audition de James Comey. L'ancien président du FBI évoque les notes qu'il a prises lors de sa première rencontre avec Donald Trump. "J'étais honnêtement inquiet qu'il puisse mentir sur la nature de notre rencontre."

16h35 : Mon limogeage "ça n'était pas logique. Le gouvernement a décidé de me calomnier, de calomnier le FBI en disant que cette organisation était chaotique, elle était au bord du gouffre, que le personnel avait perdu confiance en son dirigeant. Ce sont des mensonges."


16h30 : "On entend souvent le terme de collusion lorsqu'on parle de liens éventuels entre les Russes et le gouvernement américain (...) de recrutements ?", interroge le président de la commission du Renseignement. "Est ce qu'il y a un effort de clandestinité (...) ça demande beaucoup de contexte", répond James Comey.

16h23 : Des journalistes français suivent l'audience sur place.

16h22 : "Le gouvernement a décidé de calomnier le FBI en mettant en cause son personnel. Ce sont des mensonges (...) le FBI est là pour protéger les Américains. Le FBI est fort et sera toujours indépendant."

16h21 : "Avant et après ma prise de fonction, le président m'a dit que mon travail était excellent (...) Les médias m'ont appris que mon limogeage, par la suite, était dû à de fortes pressions sur l'enquête."

16h20 : "Lorsque j'ai été nommé directeur du FBI en 2013 je savais que j'étais à la discrétion du président (...) je savais que je pouvais être limogé par le président pour n'importe quelle raison ou sans raison."

16h19 : L'ancien patron du FBI prête serment avant son témoignage.

16h14 : L'audition de l'ancien patron du FBI est retransmise dans plusieurs bars du pays.

16h13 : "Vous avez su dire la vérité au pouvoir en place, la manière dont vous avez été limogé par le président est vraiment choquante", poursuit Mark Warner.

16h13 : "Cette enquête ne porte pas sur une nouvelle discussion de l'élection, il ne s'agit pas d'une bataille rangée entre démocrates et républicains. Nous sommes ici parce qu'un adversaire étranger nous a agressés, ici, aux Etats-Unis", déclare Mark Warner, vice-président de la commission du Renseignement du Sénat américain.

16h07 : James Comey vient d'arriver au Sénat à Washington.




16h18 : Pour rappel, voici les principaux enjeux de l'audition de James Comey :

• L'ancien directeur du FBI doit raconter les coulisses de son limogeage par Donald Trump, en particulier comment il a résisté aux pressions du président pour épargner l'un de ses proches conseillers.

• Hier, James Comey a livré un témoignage accablant (en anglais) contre Donald Trump. Il confirme que le président lui aurait demandé d'abandonner toute enquête sur Michael Flynn, son conseiller à la sécurité nationale, soupçonné de collusions avec la Russie.

• L'audition pourra définir si oui, ou non, ces pressions représentent une tentative d'entrave à la justice, un débat juridique aux conséquences très politiques.

15h54 : James Comey, l'ancien directeur du FBI doit être auditionné à 16 heures par le Sénat américain. Selon plusieurs journalistes présents, la salle est pleine à craquer. Vous pourrez suivre cette intervention dans notre direct.

14h47 : L'audition de James Comey, l'ancien patron du FBI,devant le Sénat américain devrait débuter à partir de 16 heures (heure française). Une audition très attendue comme le montre cette file d'attente au Sénat et ces tweets de journalistes sur place.