Attentats de Boston : les Etats-Unis tiennent leur héros

Carlos Arredondo, 52 ans, assistait au marathon lundi. Il est venu en aide à des dizaines de blessés.

Carlos Arredondo a secouru des dizaines de blessés lors de l\'attentat de Boston (Etats-Unis), le 15 avril 2013.
Carlos Arredondo a secouru des dizaines de blessés lors de l'attentat de Boston (Etats-Unis), le 15 avril 2013. (DARREN MCCOLLESTER / GETTY IMAGES / AFP)

Encore sous le choc des attentats qui ont frappé le marathon annuel de Boston, lundi 15 avril, les Etats-Unis ont déjà trouvé leur héros. Il s'appelle Carlos Arredondo. Cet homme de 52 ans, chapeau de cow-boy vissé sur le crâne et cheveux longs, a retenu l'attention des journalistes pour avoir secouru des dizaines de victimes des explosions.

L'homme, originaire du Costa Rica, assistait à la compétition parce qu'un marathonien avait décidé de dédier sa course à l'un de ses fils, mort en Irak en 2004. Quand les deux bombes ont explosé, il est aussitôt venu en aide à des dizaines de blessés. "Nous étions à quelques pas seulement de l'endroit où a eu lieu l'explosion, raconte-t-il, interrogé par une chaîne de télévision américaine. Je suis bénévole à la Croix Rouge, alors j'ai traversé et je suis allé aider dès que j'ai pu."

Sur cette vidéo diffusée par le Boston Globe, on voit Carlos Arredondo se démener dans les gravats. On le reconnaît à son chapeau.

Pour le site International Business Time (lien en anglais), cet homme incarne "l'espoir de trouver du bon parmi le carnage". Sur Twitter, des internautes saluent son dévouement : "Le monde a besoin de plus de personnes comme Carlos Arredondo", écrit cet utilisateur du réseau social.

Mais Carlos Arredondo n'est pas totalement inconnu des Américains, rapporte BFMTV. La presse américaine, dont le prestigieux quotidien américain The New York Times (anglais), avait déjà parlé de lui lorsque son fils était mort en Irak. Le père avait tenté de mettre fin à ses jours en s'enfermant dans un van avec de l'essence. Par la suite, il a milité activement pour la fin de la guerre en Irak.