Cet article date de plus de six ans.

Ukraine : accord de cessez-le-feu, les occidentaux sceptiques

Vers un cessez-le-feu en Ukraine ? Le président ukrainien l'a en tous cas annoncé expliquant qu'un "protocole préliminaire" avait été signé avec les rebelles. Les occidentaux sont sceptiques.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Un cessez-le-feu a été signé en Ukraine  © REUTERS/Gleb Garanich)

Le président ukrainien Petro Porochenko a confirmé la signature à Minsk d'un accord de cessez-le-feu après cinq mois de conflit. De son côté, Serhiy Tarouta, gouverneur de la région orientale de Donetsk, où se déroule les combats les plus intenses, a également confirmé l'information, d'abord annoncée par l'agence de presse russe Interfax.

A Kiev, le Premier ministre Arseni Iatseniouk a par ailleurs déclaré – lors d'un conseil des ministres retransmis à la télévision – que le plan de paix devait prévoir le retrait "des forces russes, ainsi que des bandits et des terroristes russes " et le rétablissement des frontières avec la Russie.

De leur côté les rebelles prorusses entendent toujours faire sécession avec l'Ukraine. Igor Plotnitski, l'un des représentants de la République populaire autoproclamée de Lougansk : 

"Nous sommes prêts à un cessez-le-feu mais cela ne veut pas dire que nous avons renoncé à nous séparer de l'Ukraine ."

"Une bonne nouvelle " (OSCE)

Cet accord a été qualifié de "bonne nouvelle " par la représentante de l'OSCE à Minsk, Heidi Tagliavini. "Nous venons tout juste de signer un protocole en douze points, dont le plus important est un cessez-le-feu immédiat aujourd'hui. " De son côté, le Kremlin a salué cet accord en souhaitant qu'il soit "respecté point par point."

Dans le détail cet accord prévoit – outre le cessez-le-feu – un échange de prisonniers et le maintien des forces des deux camps sur leurs positions actuelles. C'est l'OSCE qui sera chargée de veiller au respect de la trêve. 

Un succès pour la Russie ?

Aucune précision n'a été donnée sur la durée du cessez-le feu qui semble constituer un succès pour les séparatistes et la Russie. Cet accord semble en-effet entériner la perte pour Kiev de plusieurs villes de l'est. 

Les Occidentaux ont accueilli cette trêve avec circonspection car ils y voient le résultat d'une nouvelle manoeuvre de Vladimir Poutine qui joue brièvement la carte de l'apaisement chaque fois qu'apparaît la menace de nouvelles sanctions contre la Russie.

C'est cette perplexité que Barack Obama a exprimée en concluant un sommet de l'Otan qui a été dominé par la crise ukrainienne. "En ce qui concerne l'accord de cessez-le-feu, nous sommes évidemment plein d'espoirs mais, sur la foi de notre expérience, nous doutons que les séparatistes le respectent et que les Russes cessent de violer la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Il doit donc faire ses preuves ", a-t-il souligné.

L'UE veut accentuer les sanctions 

De leur côté, les pays membres de l'Union européenne se sont entendus vendredi sur un renforcement des sanctions contre la Russie en raison de son rôle dans la crise en Ukraine et ces mesures devraient entrer en vigueur dès lundi.

 

Ces sanctions pourraient être suspendues si le cessez-le-feu conclu dans la journée entre l'Ukraine et les séparatistes pro-russes est respecté et si la Russie retire ses forces d'Ukraine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.