Cet article date de plus de dix ans.

Les joueurs de tambours du ramadan, une tradition menacée

Article rédigé par Laurent Filippi
France Télévisions
Publié Mis à jour
Pendant le ramadan, les musulmans pratiquent le jeûne. Ils ne doivent ni manger ni boire entre le lever et le coucher du soleil. Dans certains pays islamiques, ils sont réveillés par un joueur de tambour qui les aide à ne pas oublier leur dernier repas autorisé de la nuit, une heure avant l’aube. Mais la modernité des grandes villes risque de faire disparaître cette tradition.

 

Dix photos prises en Turquie par Evrim Aydin illustrent ce propos

Les ramazan davulcusu sont des joueurs de tambour qui font perdurer une tradition remontant à l’époque de l'Empire ottoman.
 
Venus spécialement dans les grandes villes turques pour l’occasion, certains d’entre eux dorment parfois dans des tentes de fortune. (AFP / Evrim Aydin / Anadolu Agency)
Pendant tous le mois du ramadan, chaque nuit vers trois ou quatre heure du matin, ils commencent leur périple dans les rues. (AFP / Evrim Aydin / Anadolu Agency  )
Ils tapent sur leurs davul des tambours traditionnels utilisés depuis plusieurs siècles en Turquie et chantent des cantiques ou récitent de courts poèmes, les mani.
 
Cette pratique invite les fidèles à sortir de leur lit pour prendre leur sahour, le dernier repas de la nuit avant l’appel à la prière du muezzin, au lever du jour. (AFP / Evrim Aydin / Anadolu Agency)
Chaque année, de nouveaux davul sont fabriqués et les anciens réparés.
 
Le tambour est constitué d’un cylindre à deux faces, la plupart du temps en bois de bouleau,  de noyer ou de châtaignier. Quelquefois, certains fûts sont en métal. Son diamètre peut varier de 50 à 90 centimètres.

L’une des faces est en peau de chèvre, l’autre le plus souvent en peau de vache. (AFP / Evrim Aydin / Anadolu Agency)
Les membranes sont fixées sur un cadre cylindrique à l'aide d'une agrafeuse.
 
Beaucoup de tambours utilisent aujourd’hui des imitations de cuir, car la peau de chèvre est très sensible aux changements de température. (AFP / Evrim Aydin / Anadolu Agency)
Une fois agrafées, les peaux sont fixées au fût avec des lacets.

Le laçage des cordes est complexe. Il détermine leur tension, et donc leur sonorité. (AFP / Evrim Aydin / Anadolu Agency)
Les joueurs utilisent généralement deux types de baguettes.

Le tokmak, la plus grosse, surmontée d’une tête emballée dans un chiffon. Elle marque les temps forts avec la main droite et joue le rôle de grosse caisse.

Le pracka, la plus fine, permet au batteur de frapper plus rapidement pour un son plus aigu. (AFP / Evrim Aydin / Anadolu Agency)
Mais cette pratique risque de disparaître avec l’arrivée de nouveaux styles d’habitat, notamment les immeubles de plusieurs étages.
 
De plus, plusieurs municipalités d’Istanbul et d’Ankara ne veulent plus de pollution sonore et interdisent aux «réveilleurs» d’exercer leur activité. (AFP / Evrim Aydin / Anadolu Agency  )
Quand ils ne sont pas interdits, certains voient leurs pratiques concurrencées par de nouvelles qui n’ont plus rien à voir avec la tradition.
 
Certains «réveilleurs» roulent en voiture et diffusent via des haut-parleurs, de la musique et des chants enregistrés.
 
Si certains habitants préfèrent même recevoir un SMS plutôt que d’entendre le son du tambour, beaucoup sont soucieux de préserver cette tradition ancestrale. (AFP / Evrim Aydin / Anadolu Agency)
Pour les joueurs de tambour, cette activité est aussi une source de revenus non-négligeable auxquelles participent parfois certaines associations religieuses.

A la fin du mois de jeûne, la grande majorité des musiciens retournent voir les habitants des quartiers qu’ils ont traversés pour obtenir un pourboire bien mérité. (AFP / Evrim Aydin / Anadolu Agency)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.