VIDEO. Qui se cache derrière le double attentat d'Ankara ?

Le journaliste de France 2, Alban Mikoczy, fait le point sur les hypothèses avancées pour expliquer cette attaque meurtrière en Turquie et dresse la liste des suspects potentitels.

France 2

La Turquie a vécu l'attentat le plus meurtrier de son histoire, samedi 10 octobre. Au moins 95 personnes sont mortes et 246 autres ont été blessées, selon les autorités. Deux engins explosifs ont explosé quasi simultanément à Ankara, la capitale turque, près de la gare centrale, alors que des centaines de personnes se rassemblaient à l'occasion d'une manifestation pour la paix, organisée par l'opposition de gauche et prokurde afin de dénoncer la reprise du conflit entre le régime turc et les rebelles kurdes.

Aucune revendication mais plusieurs hypothèses

Pour l'instant, le double attentat n'a pas été revendiqué. Mais "quand il y a un attentat en Turquie, immédiatement le pouvoir met en cause le PKK, le Parti des Travailleurs du Kurdistan, cette région du sud-est du pays où vivent environ quinze millions de Kurdes", souligne le journaliste de France 2 Alban Mikoczy,sur le plateau du 20 heures. Cette théorie paraît d'autant moins crédible que les victimes sont pour la majorité des opposants au régime turc et souvent des jeunes prokurdes.

À trois semaines des élections

Autre piste : le groupe jihadiste État islamique qui sévit en Syrie voisine. L'organisation terroriste pourrait avoir intérêt à déstabiliser la Turquie, car le pays fait partie de la coalition occidentale qui la combat.

Dernières options : il pourrait également s’agir de radicaux nationalistes turcs, opposés aux Kurdes. "Ou pourquoi pas même les services secrets kurdes qui auraient intérêt à déstabiliser le pays, et ce à trois semaines d'élections législatives cruciales", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des blesssés évacués après l\'attenats qui a secoué Ankara (Turquie), samedi 10 octobre 2015. 
Des blesssés évacués après l'attenats qui a secoué Ankara (Turquie), samedi 10 octobre 2015.  ( REUTERS)