Cet article date de plus de douze ans.

Tentative de coup d'Etat en Guinée-Bissau

Le bâtiment de la radio publique a été pris d'assaut par des militaires, qui ont aussi tenté de se rendre maîtres de la résidence de Premier ministre. Une tentative de prise du pouvoir dont les initiateurs restent mal identifiés, à quelques jours d'une élection.
Article rédigé par Alexandre Chassignon
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Des militaires dans les rues de la capitale, des tirs de roquettes, et surtout la prise de la radio nationale. La Guinée-Bissau vivait hier soir une atmosphère de coup d'Etat. Des soldats ont aussi occupé le siège du parti au pouvoir.

Selon des témoins à Bissau, la capitale de cet état du golfe de Guinée, des coups de feu ont été entendus autour de la résidence du Premier ministre, Carlos Gomes Junior. "Nous recherchons activement Carlos Gomes Junior. Quel que soit l'endroit où il peut se cacher, nous le débusquerons avant l'aube ", a déclaré un militaire à l'Agence France presse.

Les menaces d'un candidat à la présidence

Ces heurts interviennent en pleine campagne électorale. Le seconde tour de l'élection présidentille doit se tenir le 29 avril. Le 18 mars, Carlos Gomes Junior est arrivé en tête du premier tour avec près de 49% des voix. Son principal opposant, l'ancien président Kumba Yala, a dénoncé des "fraudes massives ", prévenu qu'il ne participerait pas au second tour et appelé à son boycott.

Il a aussi livré cette déclaration en forme de menace : "Quiconque s'aventurera à battre campagne assumera la responsabilité de tout ce qui adviendra ".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.