Cet article date de plus de huit ans.

Bayada, un quartier de Homs, détruit et vidé de ses habitants

De Homs, on connaissait Baba Amr, le bastion de l'opposition, détruit et complètement vidé de sa population. La quartier de Bayada a connu le même sort fin mars, un mois après Baba Amr.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Dans les ruines du quartier Beyada à Homs (AFP)

Les observateurs de l'ONU qui se sont rendus sur place le 5 mai ont découverts des rues vides, des maisons éventrées par les violents bombardements de l'armée. Bastion rebelle, le quartier sunnite de Bayada est totalement désert et chaque maison porte les stigmates de l'assaut lancé par l'armée en mars.

Le quartier a perdu la quasi-totalité de sa population

AFPTV, le 6 mai 2012

Murs calcinés, immeubles effondrés, rues jonchées de gravats, de morceaux de verre et de projectiles explosés... Homs, la troisième ville de Syrie, paie, au bout de quatorze mois, un lourd tribut au soulèvement contre le président Bachar al Assad.

A 160 km au nord de Damas, Homs est un important centre industriel sur la grand-route nord-sud, non loin de la frontière libanaise. Cette ville surnommée par les militants la «capitale de la révolution», a subi ces derniers mois de violents bombardements, en particulier sur le quartier symbole de Baba Amr, repris par l'armée le 1er mars au terme d'un mois de pilonnage destructeur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.