Cet article date de plus d'onze ans.

Syrie : Kofi Annan démissionne de son poste de médiateur de l'ONU et de la Ligue Arabe

Kofi Annan vient de remettre sa démission de son poste de médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie qu'il occupait depuis le 23 février 2012.
Article rédigé par Mélody Piu
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Franceinfo (Franceinfo)

Kofi Annan jette l'éponge. Le prix Nobel de la paix a informé l'ONU et la Ligue arabe
qu'il n'avait pas "l'intention de renouveler son mandat qui expire le 31 août
2012
" indique un communiqué.

Ban Ki-moon, l'actuel secrétaire général de l'ONU, a témoigné sa "très profonde gratitude " à Kofi Annan "pour son désintéressement et la façon dont il a mis ses qualités
formidables et son prestige au service d'une tâche particulièrement
ardue"
, mais il
regrette profondément sa démission.

L'ancien secrétaire général de l'ONU justifie sa décision en expliquant
qu'il n'avait pas "reçu tous les soutiens que la cause méritait. Il y a
des divisions au sein de la communauté internationale. Tout cela a compliqué
mes devoirs"
en faisant référence à la guerre civile en Syrie.

"Seule une communauté internationale unie peut
contraindre les deux parties [rebelles et gouvernement syrien, ndlr] à
s'engager dans une transition politique pacifique" a t-il ajouté.

Il n'a pas exclu l'idée d'un successeur pour le rôle de médiateur, qui serait nommé par
le secrétaire général de l'ONU "le monde est plein de fous comme moi,
alors ne soyez pas surpris si quelqu'un d'autre décide de prendre mon poste
" rapporte l'Associated Press. La chef de la diplomatie de l'Union européenne, Catherine Ashton, a appelé à la désignation urgente d'un successeur.

"Il est
clair que le président Bachar al-Assad doit quitter ses fonctions.
 
La
plus grande attention, cependant, doit être mise sur les mesures et les
structures pour assurer une solution pacifique à long terme et pour éviter
un effondrement chaotique [...]
La
Syrie peut encore être sauvée de la pire calamité.
" a t-il conclu.

Un constat d'échec

Suite à la démission de Kofi Annan, le ministre des Affaires
étrangères, Laurent Fabius a jugé que "l a
démission de Kofi Annan, médiateur expérimenté et Prix Nobel de la paix,
illustre l'impasse dramatique du conflit syrien
".

Même constat du côté des militants de l'opposition syrienne pour qui Kofi Annan était beaucoup trop "mou " avec le régime de Bachar Al Assad, rapporte le Guardian.

Pour Obeida Nahas, un homme politique syrien et membre du
Conseil national syrien, la décision de Kofi Annan reflète l'échec de sa
mission. Il indique alors dans un tweet  "En démissionnant et
en demandant aucune autre prolongation, #Annan admet, enfin, que
sa mission n'a pas réussi pour arrêter le massacre des
civils # Syrie. # des Nations Unies
"

Quant aux autorités syriennes, elles ont annoncé
jeudi dans un communiqué qu'elles regrettaient la démission de Kofi Annan. Du reste, elles accusent les "Etats qui cherchent à déstabiliser la Syrie " (pays occidentaux) d'avoir
"entravé " la mission de Kofi Annan.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.