Cet article date de plus de sept ans.

Syrie : bataille sans relâche pour Konabé

En Syrie, la ville de Kobané est toujours assiégée par les djihadistes et défendue par des combattants kurdes moins nombreux, mal équipés mais très déterminés. La prise de Kobané , où il ne resterait plus que quelques milliers de civils, permettrait au groupe extrémiste de contrôler sans discontinuité une longue bande de territoire frontalière de la Turquie.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le groupe Etat islamique s’est emparé samedi soir d'une  partie d'une colline clé surplombant la ville syrienne de Konabé, mais sa progression est freinée par les frappes de la coalition. Photo d’illustration. © Maxppp)

Ces deux derniers jours, les djihadistes ont jeté toutes leurs forces dans cette bataille pour planter leur drapeau noir au centre de Kobané le jour de l’Aïd el-Kébir. Mais au lendemain de cette fête musulmane, les combattants kurdes sont toujours maîtres de leur cité. Toutes les entrées de la ville sont gardées par des tireurs embusqués, équipées de Kalachnikov mais aussi parfois de lance-roquettes.

Contraints de s’exposer sur un terrain à découvert, les djihadistes ont lancé plusieurs assauts depuis vendredi, à pieds ou en pick-up, qui se sont soldés par la mort de dizaines d’entre eux. Pourtant supérieurs en armes et en hommes, les combattants de l’organisation Etat islamique butent sur la résistance des Kurdes qui peuvent compter sur l’aide de leurs cousins de Turquie, qui une fois la nuit tombée acheminent clandestinement armes et munitions.

Mais les prochains jours pourraient être décisifs, surtout si les djihadistes utilisent comme ils l’ont annoncé, l’arme des attentats suicides. Une stratégie qui leur a permis de prendre de nombreuses localités dans le nord de la Syrie.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.