Russie : Gazprom a enregistré une perte record en 2024

Le géant gazier ruse est à la peine dans un contexte de quasi-fermeture du marché européen et de sabotage des pipelines Nord Stream.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un employé de Gazprom participe à l'inauguration d'un gazoduc à Posevnaya, en Sibérie (Russie), le 26 janvier 2024. (KIRILL KUKHMAR / TASS / SIPA)

Le géant russe de la production de gaz Gazprom a annoncé, jeudi 2 mai, avoir subi une perte record de 6,4 milliards d'euros en 2024. Ces résultats soulignent les difficultés que traverse ce pilier majeur de l'économie russe, visée depuis plus de deux ans par des sanctions occidentales sans précédent en raison de l'offensive en Ukraine ordonnée par Vladimir Poutine.

Le groupe gazier est lourdement affecté par la détermination des Européens à sortir de leur dépendance énergétique vis-à-vis de Moscou, alors qu'ils étaient son client principal à l'étranger avant l'assaut russe. Le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2, en septembre 2022, a aussi contribué à ces difficultés en causant par anticipation l'arrêt quasi total des livraisons de gaz russe à l'Union européenne.

Depuis, Gazprom tente de chercher de nouveaux clients, mais les infrastructures, coûteuses et longues à construire, manquent pour acheminer son gaz naturel vers l'Asie. Toute en détenant les plus grandes réserves de gaz naturel au monde, il doit aussi assumer un projet d'extension du réseau domestique de distribution de gaz. Face à ces difficultés, le groupe peut toutefois s'appuyer sur la montée en puissance d'un gazoduc de Sibérie à destination de la Chine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.