Affaire Griveaux : les demandes d’annulation de garde à vue de Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo rejetées

La chambre de l'instruction de Paris a rejeté ce mardi matin les demandes d’annulation de garde à vue formulées par Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo. Le couple affirmait que leur interpellation de février 2020 était irrégulière.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Piotr Pavlenski au tribunal correctionnel de Paris le 3 mars 2020 (ALAIN JOCARD / AFP)

La chambre de l’instruction de Paris a rejeté ce mardi 23 février au matin les demandes d’annulation de garde à vue formulées par Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo, a appris franceinfo ce mardi auprès de l’avocat d’Alexandra de Taddeo. Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo, tous deux mis en garde à vue en février 2020 dans le cadre de l’affaire Benjamin Griveaux, demandaient que leur garde à vue de l’époque soient annulées.

Une interpellation devant l'objectif d'un photographe

Piotr Pavlenski estime qu'il "a été privé de l'assistance d'un avocat qu'il avait librement choisi" lors de sa garde à vue. Il avait demandé à être défendu par Juan Branco mais le parquet de Paris a estimé qu'il y avait un "potentiel conflit d'intérêt". 

Par ailleurs, l'interpellation du couple, le 15 février 2020 dans l'ouest de Paris, s'est faite devant l'objectif d'un photographe de l'agence Bestimage, dirigée par Michèle Marchand, une proche du couple Macron.

Pourvoi en cassation

L’avocat de Piotr Pavlenski, Me Yassine Bouzrou, annonce à franceinfo qu’il va formuler un pourvoi en cassation. "Le droit n’a pas été respecté, n’en déplaise aux magistrats. Je ne peux que déplorer la décision rendue aujourd’hui", a déclaré de son côté l’avocate d’Alexandra de Taddeo, Me Noémie Saidi-Cottier.

"Cette décision prouve que l’agitation médiatique ne vaut pas raisonnement juridique. L’instruction va pouvoir se poursuivre pour identifier tous les auteurs du délit et des agissements nauséabonds dont Benjamin Griveaux a été victime", a pour sa part déclaré à franceinfo l’avocat de Benjamin Griveaux, Richard Malka.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.