Royaume-Uni : le Premier ministre Rishi Sunak visé par une enquête sur sa déclaration d'intérêts

Les actifs détenus par l'épouse de l'homme d'Etat vont être examinés par une commission d'enquête parlementaire.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, le 28 octobre 2022, lors d'une visite à l'hôpital universitaire de Croydon, à Londres. (LEON NEAL / AFP)

Un conflit d'intérêts au sommet du pouvoir britannique ? Le Premier ministre Rishi Sunak, qui s'était engagé à faire preuve d'intégrité et de transparence, est sous le coup d'une enquête parlementaire sur de possibles manquements dans sa déclaration d'intérêts, a fait savoir lundi 17 avril la commission en charge du contrôle des députés.

L'enquête a officiellement été ouverte jeudi et la commission veut vérifier si le Premier ministre, souvent attaqué pour sa fortune, a déclaré de manière "ouverte et franche" d'éventuels intérêts, comme le stipule le code de conduite des parlementaires.

La femme du Premier ministre concernée

Selon des médias britanniques, la commission s'intéresse en particulier aux actions d'une société de garde d'enfants détenue par l'épouse de Rishi Sunak, Akshata Murthy, riche héritière d'un entrepreneur indien. Problème : cette société est susceptible de bénéficier des nouvelles aides massives pour la garde d'enfants annoncées par le gouvernement dans son dernier budget dévoilé en mars dernier.

"Nous sommes heureux d'aider (la commission) à clarifier que cela a été déclaré de manière transparente dans la déclaration d'intérêts ministérielle" du Premier ministre, plutôt que dans sa déclaration d'intérêts de parlementaire, a réagi son cabinet.

L'année dernière déjà, Rishi Sunak s'était retrouvé au cœur d'une polémique alors qu'il était ministre des Finances, après la révélation par la presse que son épouse, de nationalité indienne, bénéficiait d'un statut fiscal avantageux. Aucun manquement n'avait été épinglé, mais son épouse avait finalement renoncé à ses exonérations.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.