Cet article date de plus d'un an.

Royaume-Uni : le gouvernement de Boris Johnson secoué par un nouveau scandale sexuel

Le "whip" en chef adjoint Chris Pincher est accusé d'avoir fait des attouchements à deux hommes dans un club privé.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le "whip" en chef adjoint Chris Pincher, le 30 juin 2022 à Londres (Royaume-Uni). (AARON CHOWN / AP / SIPA)

Déjà affaibli par les scandales, Boris Johnson fait face, vendredi 1er juillet, à un nouveau casse-tête au Royaume-Uni : la démission d'un membre de son gouvernement après des accusations d'attouchements, dernière en date d'une série d'affaires sexuelles dans son parti.

Dans une lettre de démission datée de jeudi, le "whip" en chef adjoint Chris Pincher, chargé de la discipline parlementaire des députés conservateurs, reconnaît avoir "beaucoup trop bu" et présente des excuses pour s'être "couvert de honte, [lui] et d'autres personnes". Selon plusieurs médias britanniques, l'élu de 52 ans a procédé à des attouchements mercredi soir sur deux hommes – dont un député, selon Sky News – devant des témoins d'un club privé du centre de Londres, entraînant des plaintes auprès du parti. La police londonienne a indiqué n'avoir reçu aucun signalement d'agression.

Nommé en février à ce poste à la coordination du groupe de députés conservateurs, Chris Pincher avait déjà démissionné comme "whip junior" en 2017. Il était alors accusé d'avoir fait des avances sexuelles à un athlète olympique et potentiel candidat conservateur aux élections. Il avait été blanchi après une enquête interne.

Des scandales en cascade

La série récente d'affaires à caractère sexuel au sein du parti au pouvoir depuis douze ans devient embarrassante. Un député soupçonné de viol, dont l'identité n'a pas été révélée, a été arrêté puis libéré sous caution mi-mai, un autre a démissionné en avril pour avoir regardé de la pornographie à la Chambre sur son téléphone portable en avril, et un ancien député a été condamné en mai à 18 mois de prison pour l'agression sexuelle d'un adolescent de 15 ans.

Pour ces deux derniers cas, les élus ont démissionné, provoquant des législatives partielles et des lourdes défaites pour les conservateurs, suivies du départ du président du parti, Oliver Dowden.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.