Royaume-Uni : accusé de harcèlement, le vice-Premier ministre Dominic Raab démissionne

Une enquête avait été lancée à la suite de huit plaintes concernant son comportement quand il était ministre des Affaires étrangères, ministre du Brexit ou encore lors d'un précédent passage au ministère de la Justice.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le vice-Premier ministre britannique Dominic Raab devant le 10 Downing Street à Londres, le 18 avril 2023. (WIKTOR SZYMANOWICZ / ANADOLU AGENCY / AFP)

Dominic Raab vers la sortie. Le vice-Premier ministre britannique, également ministre de la Justice, a annoncé vendredi 21 avril sa démission après qu'un rapport indépendant a établi qu'il avait moralement harcelé des fonctionnaires. "J'avais demandé cette enquête et m'étais engagé à démissionner si elle établissait des faits de harcèlement, quels qu'ils soient. Je crois qu'il est important de respecter ma parole", écrit-il dans un courrier adressé au Premier ministre Rishi Sunak, dont il était un proche allié.

Cette enquête avait été lancée à la suite de huit plaintes concernant son comportement quand il était ministre des Affaires étrangères, ministre du Brexit ou encore lors d'un précédent passage au ministère de la Justice. Dominic Raab continue de démentir ces accusations dont il faisait l'objet. Ce rapport, remis jeudi au chef du gouvernement, qui n'a pas encore été rendu public, "a rejeté toutes les plaintes, sauf deux", précise le ministre.

Les conclusions de l'enquête "établissent un précédent dangereux pour la conduite du gouvernement", défend-il encore. La veille de cette démission, Downing Street affichait encore sa "confiance totale" en son vice-Premier ministre, tout en affirmant "étudier avec attention les conclusions du rapport". Après Gavin Williamson, ministre sans portefeuille et Nadhim ZahawiIl, président du parti conservateur, il s'agit donc du troisième ministre à quitter le gouvernement de Rishi Sunak.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.