Royaume-Uni : à la découverte du phare de Beachy Head, à l’ombre des falaises de craie

Publié
Durée de la vidéo : 5 min
Royaume-Uni : à la découverte du phare de Beachy Head, à l’ombre des falaises de craie
Article rédigé par France 2 - M.Bougault, L.Chevalier, C.Madini, L.Soudre, L.Bleuzen
France Télévisions
France 2
Tout au long de la semaine, le 13 Heures vous fait découvrir les plus beaux phares de la planète. Vendredi 11 août, direction le sud de l’Angleterre où se trouve le phare de Beachy Head. Sa construction il y a plus de 100 ans est une véritable prouesse technique.

Aux pieds des plus hauts, falaises de craie d’Angleterre, le phare de Beachy Head parait minuscule. Il mesure pourtant 43 mètres de hauteur. Complètement isolé du rivage quand la marée haute engloutit le littoral, la vigie reste imperturbable au milieu des tempêtes. Il est aujourd’hui entièrement automatisé. "C’est beau, c’est génial de l’admirer", affirme une touriste anglaise. "Comme cela a dû être difficile de construire ce phare. On est vraiment impressionnés", poursuit une autre touriste. Le phare est source d’inspiration pour les peintres et les écrivains. Le phare le plus iconique de Grande-Bretagne ne se laisse pourtant pas facilement approcher, notamment à cause des grands rochers, mais surtout de la marée.

Un ouvrage difficile à construire

Après deux heures de marche, il est possible de l’observer de près, même s’il est impossible de rentrer à l’intérieur. Plus personne n’y habite depuis 40 ans, car le phare est géré à distance. Sa construction fut, elle, loin d’être aisée. Un téléphérique a dû être installé vers une plateforme en mer pour pouvoir amener les matières et les ouvriers. "Le problème des ouvriers, ce sont les marées qui montent et descendent deux fois par jour. Ils devaient protéger les fondations", explique Rob Wassel, écrivain.

Beachy Head est seulement le deuxième phare construit dans le secteur. L'original, le Belle Tout, est hors-service depuis 1902. La bâtisse n’a jamais eu le succès escompté, car trop près de la falaise qui s’érode et une lumière qui n’éclairait pas assez bien. La construction fut, tour à tour, un salon de thé, la maison d’un physicien ou encore la propriété de la BBC. Aujourd’hui, c’est un gîte pour les touristes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.