Syrie : plus de 500 morts civils dénombrés dans le fief rebelle de la Ghouta, une semaine après le début des raids aériens du régime

Le bilan des victimes a augmenté après la découverte de nouveaux corps sous les décombres et la mort de victimes supplémentaires samedi.

Un secouriste dans les décombres après un raid du régime syrien à Saqba (Syrie), le 23 février 2018.
Un secouriste dans les décombres après un raid du régime syrien à Saqba (Syrie), le 23 février 2018. (ABDULMONAM EASSA / AFP)

En Syrie, 500 civils ont été tués en sept jours de raids du régime sur la Ghouta orientale, selon les estimations communiquées par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH,) samedi 24 février. Ce fief rebelle est bombardé sans cesse depuis le 18 février. Le bilan a augmenté après la découverte de nouveaux corps sous les décombres et la mort de victimes supplémentaires samedi. 

A Douma, principale ville de la Ghouta orientale, violemment bombardée dans la matinée, plusieurs corps dont ceux d'enfants ont été transportés dans une clinique de fortunee. Enveloppés dans des couvertures, ils ont été placés dans une pièce transformée en morgue.

Le vote attendu vendredi au Conseil de sécurité sur une trêve d'un mois en Syrie a été repoussé à samedi 19 heures, heure de Paris. Des négociations ont été menées pendant plusieurs heures pour éviter un veto de la Russie, et un nouveau texte de résolution prévoyant un cessez-le-feu immédiat a été mis au point.