Cet article date de plus de sept ans.

L'oncle d'Al-Assad, propriétaire de biens en France, visé par une plainte

Transparence International France et Sherpa ont déposé plainte contre Rifaat Al-Assad, qu'elles soupçonnent de "corruption".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Rifaat Al-Assad, oncle du président syrien, à Paris, le 15 novembre 2011. (MICHEL EULER / AP / SIPA)

Une nouvelle affaire de biens mal acquis ? Les associations anticorruption Transparence International France et Sherpa ont déposé plainte, vendredi 13 septembre, contre Rifaat Al-Assad, un oncle du président syrien, propriétaire d'un "patrimoine extraordinaire" en France. Selon ces associations, les luxueux biens de cet ancien haut responsable du régime syrien ont été achetés avec de l'argent sale.

Si Rifaat Al-Assad, 66 ans, "a été placé en résidence surveillée, puis contraint à l'exil en 1998", "il est resté vice-président de la République syrienne jusqu'en 1998" et "il est vraisemblable que tout ou partie de ces avoirs soient le produit d'actes de corruption ou d'infractions assimilées (détournement de fonds publics, abus de bien social, etc.)", selon cette plainte que l'AFP a pu consulter.

Selon des informations de presse, Rifaat Al-Assad possède de nombreux biens à Paris : un hôtel particulier avenue Foch, deux immeubles dans le 15e arrondissement (quai André-Citroën) et le 16e arrondissement (avenue du Président-Kennedy) et un hôtel particulier avenue de Lamballe (16e). Le tout serait géré par des holdings au Panama et au Luxembourg. Il est aussi le propriétaire d'une imposante demeure, sur un domaine de 45 hectares, à Bessancourt (Val-d'Oise), en lisière de la forêt de Montmorency.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.