Yémen : 85 morts et des centaines de blessés dans une bousculade à Sanaa

Ce mouvement de foule, qui intervient à quelques jours de la fête musulmane de l'Aïd el-Fitr, a eu lieu dans une école du quartier de la vieille ville, où des centaines de personnes s'étaient rassemblées pour recevoir des aides financières.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Capture écran de la bousculade à Sanaa, au Yémen, le 20 avril 2023. (- / AL-MASIRAH TV / AFP)

Drame au Yémen. Au moins 85 personnes ont été tuées et plus de 322 blessées jeudi 20 avril dans une bousculade à Sanaa, la capitale aux mains des rebelles. Ce mouvement de foule, qui intervient à quelques jours de la fête musulmane de l'Aïd el-Fitr, a eu lieu dans une école du quartier de la vieille ville, où des centaines de personnes s'étaient rassemblées pour recevoir des aides financières, selon un journaliste de l'AFP.

Des femmes et des enfants se trouvent parmi les victimes et une cinquantaine de blessés se trouvent dans un état grave. Les autorités de Sanaa n'ont pas mentionné les causes de l'accident ni le nombre de victimes, se contentant d'évoquer des "dizaines de morts suite à une bousculade lors d'une distribution chaotique de sommes d'argent par certains commerçants".

Une enquête sur les causes de l'accident

Les victimes ont été transportées dans les hôpitaux voisins, et les organisateurs de l'évènement arrêtés, a annoncé le ministère de l'Intérieur dans un communiqué. "Trois commerçants ont été interpellés", a précisé un responsable sécuritaire. Le président du Conseil politique suprême des rebelles, Mehdi Mashat, a annoncé la "création d'une commission chargée d'enquêter sur les causes de l'accident".

Le Yémen, pays le plus pauvre de la péninsule arabique, est déchiré depuis 2014 par un conflit qui oppose les rebelles houthis, soutenus par l'Iran, aux forces progouvernementales appuyées par une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite. La guerre a fait des centaines de milliers de morts et plongé la population de quelque 30 millions d'habitants dans l'une des pires crises humanitaires au monde, selon l'ONU.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.