VIDEO. Yémen : "Les morts se comptent par milliers, la situation est de plus en plus catastrophique", alertent des humanitaires

Depuis deux ans et demi, le pays est plongé dans une guerre civile opposant les forces gouvernementales et leurs alliés aux rebelles houthis. Selon l'OMS, le confit a fait plus de 8 650 morts.

Voir la vidéo
FRANCEINFO

"Il y a 17 millions de personnes qui sont en situation d’insécurité alimentaire, c’est la plus grande crise épidémique de choléra au monde, où nous avons dépassé le cap des 900 000 malades, décrit Ahmed Ben Lassoued, officier du bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU à Sanaa au Yémen. Depuis la mise en place d'un blocus par l'Arabie saoudite, tous les points d'entrée sont fermés dans le pays. Or le Yémen ne dépend que des importations. Sept millions de personnes sont au bord de la famine."

Depuis deux ans et demi, le Yémen est plongé dans une guerre civile opposant les forces gouvernementales, chassées en septembre 2014 de Sanaa, aux rebelles houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme), très présente dans le Nord, à la frontière saoudienne. Soutien du gouvernement, la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite a imposé un blocus économique depuis mars 2015 et l'a renforcé le 4 novembre. Résultat : les prix des aliments, du pétrole, de l'eau et du gaz ont bondi, alimentant le spectre d'une famine.

"La pire crise humanitaire du monde"

"La situation est de plus en plus catastrophique, tous ceux qui travaillent dans l’administration publique ne sont plus payés depuis plus d’un an, y compris les infirmiers, les médecins", déplore Soumaya Beltifa, du bureau de la Croix Rouge à Sanaa. 

Il y a des familles qui n’arrivent plus à manger, elles vont chercher dans les poubelles, et même dans les poubelles, elles ne sont même pas sûres de trouver quelque chose.

Soumaya Beltifa

à franceinfo

Moins de la moitié des centres de soins sont encore opérationnels et les médicaments viennent à manquer, "que ce soit pour traiter le choléra ou une autre maladie", avertit Ahmed Ben Lassoued. 

Le secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock, a évoqué devant le Conseil de sécurité le risque de voir survenir "la plus grande famine" de ces dernières décennies, avec des "millions de victimes", et estime que le Yémen connaît "la pire crise humanitaire du monde". Selon l'Organisation mondiale de la santé, le conflit a fait plus de 8 650 morts et quelque 58 600 blessés, dont de nombreux civils.

Un garçon pousse une brouette remplie de bidons d\'eau à Sanaa au Yémen, le 13 octobre 2017.
Un garçon pousse une brouette remplie de bidons d'eau à Sanaa au Yémen, le 13 octobre 2017. (MOHAMED AL-SAYAGHI / REUTERS)