Liban : le pays au bord de la banqueroute

Le Liban est au bord de l'abîme selon Jean-Yves Le Drian. L'inflation est telle que les denrées habituelles deviennent inabordables pour la plupart des habitants.

Le Liban est un pays au bord de la faillite. La classe moyenne fait l'âpre expérience d'un vertigineux déclassement social. Au supermarché, un chauffeur routier déchante. Il gagnait 500 euros par mois. Aujourd'hui, avec l'inflation, son salaire équivaut à 100 euros. "Il y a quelques jours, le poulet était à 13 euros, aujourd'hui il est à 26 euros, je ne fais plus de barbecue, je cuisine différemment…", explique Elie Homsi. Au Liban, les privations alimentaires sont monnaie courante. Une femme qui devait arriver en France pour ses études a dû revoir ses plans. Elle et sa famille en sont réduites à économiser sur tout.

Beyrouth la dépressive

Dans ce pays longtemps surnommé "la Suisse du Moyen-Orient", la planche à billets tourne à plein régime et entretient une spirale inflationniste. Beyrouth la festive est devenue Beyrouth la dépressive. Dans les restaurants, on ne cherche plus à gagner de l'argent mais à ne plus en perdre. Un restaurateur a limité à 35 % la hausse de ses plats. Sinon, personne ne viendrait. Pour continuer à vivre, des milliers de Libanais vident leurs fonds de tiroir. De vieilles pièces d'or sont vendues, d'autres vident leurs comptes et veulent venir en France. "Ma famille est plus importante que mon pays", clame un entrepreneur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants dans le centre de Beyrouth (Liban), le 20 juillet 2020.
Des manifestants dans le centre de Beyrouth (Liban), le 20 juillet 2020. (JOSEPH EID / AFP)