Vidéo Qu'est-ce que ce "Dôme de fer" qui intercepte les roquettes venues de Gaza ?

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Antoine Deiana - franceinfo
Radio France

Plus de 1 000 roquettes ont été tirées depuis Gaza vers Israël depuis lundi 10 mai. Pour les contrer, l'Etat hébreux peut compter sur son "Dôme de fer", un système de défense anti-missile.

L'escalade militaire entre les Palestiniens et Israël se poursuit et s'intensifie au Proche-Orient depuis le début de la semaine. Selon l'armée israélienne, plus de 1 000 roquettes ont été tirées en trois jours vers Israël, qui a riposté par de nouveaux raids meurtriers sur la bande de Gaza. Plusieurs vidéos sur les réseaux sociaux montrent le "combat aérien" entre ces roquettes envoyées par Gaza et le système anti-missile et anti-roquette israélien, appelé "Dôme de fer".

Un système déployé depuis 2011

Le Dôme de fer est un système qui permet d'abattre en plein vol des missiles ou des roquettes dans un rayon de 4 à 70 kilomètres. Néanmoins, il ne peut pas intercepter les ballons incendiaires et les autres projectiles lancés à très basse altitude. En mars dernier, Israël dévoilait la nouvelle version de son Dôme de fer qui peut maintenant intercepter "simultanément" des roquettes, des missiles et des drones.

La première batterie du Dôme de fer a été installée en mars 2011 près de la ville de Beersheva, dans le sud d'Israël, à 40 kilomètres de la bande de Gaza. Peu à peu, d'autres batteries ont été installées un peu partout aux frontières du territoire palestinien, de Gaza, du Liban et de la Syrie et aujourd'hui, l'ensemble du territoire israélien est protégé par ce système. Chaque batterie est équipée de trois lanceurs de missiles et chacun est équipé de 20 missiles d'interception. Le coût de chaque missile est estimé à environ 50 000 dollars.

Un système bien huilé, mais pas infaillible

Comment se passe une frappe de défense du Dôme de fer ? Dans un premier temps, les tirs ennemis sont détectés par les radars mobiles du dispositif. Une fois identifiés, leur trajectoire est analysée par un logiciel de gestion de combat et de contrôle de l'armement. Cela va permettre de calculer le point d'impact probable du projectile. S'il se dirige sur une zone habitée, le système décide de l'intercepter : un missile va s'envoler automatiquement et les cibles seront abattues en plein vol.

Ce système protège les zones habitées israéliennes, mais n'est pas infaillible selon Tsahal, (l'armée israélienne) qui estime son efficacité entre 75 et 90%. Par exemple, selon l'armée israélienne, sur les plus de 1 000 roquettes tirées ces derniers jours, près de 800 ont été interceptées. Les autorités utilisent d'ailleurs cet argument pour convaincre les habitants de se mettre à l'abri au moment où les sirènes annoncent l'arrivée de roquettes. De plus, les débris causés par les interceptions du Dôme de fer peuvent être dangereux en retombant.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Israël-Palestine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.