Cet article date de plus de huit ans.

Benyamin Netanyahu : le dessin d'une bombe contre les desseins nucléaires iraniens

A l'aide d'un dessin, le Premier ministre israélien a réclamé qu'une "ligne rouge" soit fixée à l'Iran pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire, jeudi 27 septembre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre israélien a réclamé qu'une "ligne rouge" soit fixée à l'Iran pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire, à la tribune des Nations unies, jeudi 27 septembre. (MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

MONDE - Un dessin tracé au feutre. Et un trait rouge. A la tribune de l'ONU, jeudi 27 septembre, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a réclamé qu'une "ligne rouge" soit fixée à l'Iran, pour l'interdire de se doter de l'arme nucléaire. Et pour joindre le geste à la parole, il a brandi un dessin, avec une ligne rouge tracée au feutre sur une bombe, dont la mèche était déjà enflammée. 

"Une ligne rouge devrait être tracée juste ici (90%), avant que l'Iran ne finalise la deuxième étape de son enrichissement nucléaire nécessaire à la fabrication d'une bombe, avant que l'Iran n'en soit qu'à quelques mois ou quelques semaines d'avoir amassé suffisamment d'uranium enrichi pour fabriquer une arme nucléaire", a expliqué le Premier ministre israélien. Il a affirmé vouloir empêcher l'Iran, qui en est actuellement à 70% selon lui, d'atteindre le seuil de 90% d'enrichissement de son uranium. Mais Benyamin Netanyahu a pris soin de ne pas parler explicitement d'attaques contre les installations nucléaires (vidéo en anglais). 

Francetv info

De son côté, la mission iranienne à l'ONU a accusé Benyamin Netanyahu de "proférer des allégations sans fondement et absurdes". Elle a qualifié le dessin de "graphique non fondé et imaginaire utilisé pour justifier une menace contre un membre fondateur des Nations unies" et regretté que "les représentants du régime menacent quotidiennement des pays de la région" en dépit des règles internationales. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.