Cet article date de plus de dix ans.

Plus on sourit, plus longtemps on vit, affirment des chercheurs américains qui ont étudié 230 photos

Ils ont travaillé à partir de clichés de la ligue américaine de base-ball pris en 1952 et dont les conclusions sont publiées cette semaine dans la revue "Psychological Science".En fonction de leurs expressions sur les clichés, les sportifs ont été rangés dans trois catégories : "aucun sourire", "sourire partiel", "grand sourire".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'acteur américain George Clooney. (France 2)

Ils ont travaillé à partir de clichés de la ligue américaine de base-ball pris en 1952 et dont les conclusions sont publiées cette semaine dans la revue "Psychological Science".

En fonction de leurs expressions sur les clichés, les sportifs ont été rangés dans trois catégories : "aucun sourire", "sourire partiel", "grand sourire".

Les premiers sont ceux qui sont impassibles. Les seconds contractent seulement les zygomatiques autour de la bouche. Les derniers sourient à pleine bouche, plissant les yeux et les joues.

Les chercheurs à l'université Wayne State ont ainsi constaté que les joueurs de la première catégorie étaient décédés en moyenne à 72,9 ans, ceux de la deuxième catégorie à 75 ans et les plus souriants à 79,9 ans.

"Les résultats de cette étude sont en accord avec les autres recherches démontrant que les émotions entretiennent une relation positive avec la santé mentale, la forme physique et la longévité", est-il écrit dans l'article.

"De plus en plus de recherches montrent que les émotions de base, comme le bonheur ou la tristesse, génèrent des réactions qui influencent le bien-être physique ou mental et la longévité", poursuivent les scientifiques.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.