Guerre en Ukraine : la Finlande, pays frontalier de la Russie, devient officiellement le 31e membre de l'Otan

Helsinki avait candidaté à l'organisation militaire après le déclenchement de la guerre en Ukraine.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les drapeaux de la Finlande, de l'Otan et des Etats-Unis, le 4 avril 2023 à Bruxelles (Belgique), où siège l'Alliance atlantique. (JOHANNA GERON / AFP)

C'est officiel. Après trois décennies de non-alignement militaire, la Finlande est devenue, mardi 4 avril, le 31e membre de l'Otan, l'alliance militaire créée par les Etats-Unis avec les pays européens pendant la guerre froide. Cette entrée a été scellée par la remise des documents d'adhésion au chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, dont le pays est le dépositaire du traité fondateur. "Nous déclarons la Finlande 31e membre de l'Alliance avec la réception de ces documents", a déclaré Blinken lors d'une cérémonie au siège de l'Otan à Bruxelles.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie a bouleversé la sécurité en Europe et rebattu les cartes, poussant la Finlande et la Suède à vouloir rejoindre le parapluie protecteur de l'Otan. En adhérant à l'Otan, la Finlande, qui fut envahie par l'Union soviétique en 1939, double la longueur de la frontière avec la Russie de l'alliance dirigée par les Etats-Unis. Elle obtient la protection de l'article 5, l'engagement de défense collective selon lequel une attaque contre un membre "sera considérée comme une attaque contre tous les membres".

La Russie promet des "contre-mesures"

Les objections de la Turquie et de la Hongrie ont retardé l'adhésion d'Helsinki pendant des mois, et bloquent toujours celle Stockholm. "Je suis absolument confiant dans le fait que la Suède deviendra également membre. C'est, pour l'Otan, pour moi, une priorité de s'assurer que cela arrivera aussi rapidement que possible", a assuré Jens Stoltenberg, le chef de l'Otan.

En face, Moscou a promis mardi de prendre des "contre-mesures" après l'adhésion de la Finlande à l'Otan, qualifiant l'élargissement de l'alliance occidentale d'"atteinte à la sécurité" de la Russie. "Cela nous contraint à prendre des contre-mesures, a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. Nous allons suivre attentivement ce qui se passe en Finlande, (...) la façon dont cela nous menace. Des mesures seront prises en fonction de cela. Notre armée fera son compte-rendu en temps voulu".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.