Cet article date de plus de douze ans.

Nouveau pas vers un vaccin contre le sida

Des chercheurs américains découvrent deux nouveaux anticorps qui pourraient permettre de créer un vaccin contre le sida
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des chercheurs américains découvrent deux nouveaux anticorps qui pourraient permettre de créer un vaccin contre le sidaDes chercheurs américains découvrent deux nouveaux anticorps qui pourraient permettre de créer un vaccin contre le sida Ces super anticorps appelés "bNAbs" ont des capacités étendues de neutralisation du VIH, un virus difficile à combattre en raison de ses multiples et rapides mutations.

Ils vont maintenant essayer d'exploiter ces vulnérabilités du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) pour élaborer de nouvelles approches afin de concevoir un vaccin.

Le processus par lequel ces anticorps ont été découverts va probablement révéler encore plus de vulnérabilités du virus, estiment ces chercheurs dont les travaux paraissent dans la revue américaine Science datée du 4 septembre. Ils ont en effet travaillé sur un large échantillon de sang infecté provenant de 1.800 volontaires dans une dizaine de pays dont sept en Afrique subsaharienne ainsi que la Thaïlande, l'Australie, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.

"Maintenant que nous avons identifié ces deux anticorps (baptisés PG9 et PG16) nous sommes en mesure d'en trouver d'autres, ce qui devrait accélérer les efforts de la communauté mondiale pour développer un vaccin contre le sida ", affirme Wayne Koff, directeur de la recherche et du développement de l'IAVI, l'Initiative mondiale pour un vaccin anti-sida.

Les médecins pensent qu'un vaccin capable d'empêcher une infection par le virus du sida devra apprendre au système immunitaire à produire ces puissants anticorps avant une exposition à ce pathogène. Des expériences sur des animaux laissent penser qu'un tel vaccin peut être efficace.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.