Cet article date de plus de treize ans.

Netanyahu a décidé d'élargir les pouvoirs de la commission d'enquête sur l'abordage sanglant de la flottille pour Gaza

La commission, présidée par l'ancien juge de la Cour suprême Jacob Turkel, peut donc désormais citer des témoins qui seront ainsi exposés à des poursuites judiciaires en cas de faux témoignages.Elle n'est cependant toujours pas autorisée à examiner la décision politique de l'abordage qui a coûté la vie à 9 militants turcs pro- palestiniens.
Article rédigé par France2.fr avec Reuters
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Benjamin Netanyahu (au fond) et son ministre de la Défense, Ehud Barak le 04/07/10 (AFP Jim Hollander)

La commission, présidée par l'ancien juge de la Cour suprême Jacob Turkel, peut donc désormais citer des témoins qui seront ainsi exposés à des poursuites judiciaires en cas de faux témoignages.

Elle n'est cependant toujours pas autorisée à examiner la décision politique de l'abordage qui a coûté la vie à 9 militants turcs pro- palestiniens.

Israël répond ainsi à une demande du gouvernement turc qui a affirmé qu'il citerait en justice le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Ehud Barak et le chef de l'Armée, Gabi Ashkenazi. Netanyahu a déjà fait savoir qu'ils viendraient tous les trois témoigner devant la commission. D'autres responsables militaires seront également interrogés dans le cadre d'une enquête militaire.

Sous le feu des critiques après l'assaut catastrophe en haute mer, Israël a refusé la création d'une enquête internationale proposée par le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, mais a permis à deux observateurs internationaux de siéger au sein de la commission : David Trimble, ancien Premier ministre d'Irlande du Nord et lauréat du prix Nobel de la paix, et Ken Watkin, magistrat canadien.

L'opération s'est-elle déroulée dans le respect du droit international ?
Jacob Turkel a indiqué que la commission d'enquête souhaitait déterminer la validité du blocus de la bande de Gaza et de l'abordage au regard du droit international. Elle se penchera également sur les actions des organisateurs de la flottille ainsi que ses participants. L'incident n'a pas manqué de détériorer les relations entre l'Etat hébreu et son allié turc, qui a rappelé son ambassadeur et annulé des opérations militaires conjointes.

Sous pression internationale, Israël a allégé son blocus sur Gaza où vivent 1,5 million de Palestiniens, levant l'embargo terrestre sur les marchandises à usage civil mais en maintenant son blocus maritime.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.