Cet article date de plus de neuf ans.

Les services secrets britanniques veulent plus de femmes

Les services de renseignements britanniques veulent recruter des femmes, et même des mères de famille. C’est en tout cas ce que recommande un rapport parlementaire publié jeudi qui dénonce le sexisme des services secrets de Sa Majesté.
Article rédigé par Franck Mathevon
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Un employé sur trois est une femme dans les services secrets britanniques © Stefan Wermuth Reuters)

L’agent secret britannique typique ressemble plus à James Bond qu’à la maman croisée à la sortie de l’école. D'après un rapport parlementaire, c’est en effet le plus souvent un homme, éduqué dans le privé, sorti de Cambridge ou d’Oxford. Et c’est un problème, selon les membres de la commission parlementaire sur la sécurité.  Il faut recruter, dit leur rapport, d'autre sprofils, notamment des femmes entre deux âges, des mères de familles. Un moyen d’élargir les compétences, de changer les points de vue.

Un employé sur trois est une femme

Plus de la moitié des fonctionnaires britanniques sont des femmes mais dans les services secrets (le MI5 les renseignements intérieurs ; le MI6, les renseignements extérieurs ; et le GCHQ, le service des écoutes), seul un employé sur trois est une femme.  Et même un sur cinq quand on monte dans la hiérarchie.

Un porte-parole du gouvernement a donc déclaré vouloir augmenter le nombre de femmes dans les agences de sécurité et de renseignement, en particulier à un niveau supérieur. Les parlementaires veulent féminiser ces agences. Ils estiment notamment qu’une maman doit pouvoir participer à des missions de terrain.  Ils suggèrent même de recruter sur Mumsnet, un forum Internet de mères de famille très connu outre-Manche. C’est peut-être là que se trouve le super espion de demain.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.