Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne vont financer une unité de police antiterroriste au Yémen

Cette coopération, qui porte aussi sur la Somalie, prend forme une semaine après l'attentat manqué contre le vol Amsterdam-Detroit du 25 décembre dernier.Washington et Londres cherchent ainsi à endiguer "la menace terroriste émergente" dans ces deux pays sans y ouvrir pour autant de "front".

Gordon Brown et Barack Obama, le 3 mars 2009
Gordon Brown et Barack Obama, le 3 mars 2009 (France 2)

Cette coopération, qui porte aussi sur la Somalie, prend forme une semaine après l'attentat manqué contre le vol Amsterdam-Detroit du 25 décembre dernier.

Washington et Londres cherchent ainsi à endiguer "la menace terroriste émergente" dans ces deux pays sans y ouvrir pour autant de "front".

La guerre civile et l'anarchie ont fait du Yémen, Etat arabe le plus pauvre de la planète, une base pour Al Qaïda, qui dispose également d'un appui en Somalie par le biais de la milice islamiste des Shebab.

Aucun détail n'a encore filtré sur l'ampleur de l'effort financier à destination du Yémen, que l'attentat manqué contre le vol 253 a propulsé à l'avant-scène des enjeux de sécurité mondiale.

Vendredi, Obama a établi pour la première fois un lien direct entre l'auteur de l'attentat raté et Al-Qaïda et s'est fixé comme priorité de renforcer le partenariat entre les Etats-Unis et le gouvernement yéménite. Il évoque notamment "la formation et l'équipement des forces de sécurité yéménites, le partage de renseignements et la coopération pour frapper les terroristes".

Dans le même sens, le conseiller d'Obama pour la sécurité intérieure et la lutte anti-terroriste, John Brennan, explique que "le gouvernement yéménite fait preuve de bonne volonté pour combattre Al-Qaïda et est enclin à accepter notre aide. Nous fournissons tout ce qu'ils demandent. Ils ont vraiment progressé". Selon le chef de la diplomatie yéménite, Abubakr al Qirbi, quelque 300 terroristes seraient établis au Yémen.

Pour autant Washington n'a pas l'intention d'ouvrir un nouveau front au Yémen, ni d'y déployer des troupes "pour le moment". Le conseiller anti-terroriste d'Obama affiche tout de même l'objectif des Etat-Unis: "anéantir" Al-Qaïda.

La situation dans ce pays est observée de plus en plus attentivement par la communauté internationale, au point que Gordon Brown organise le 28 janvier une conférence en marge de celle déjà programmée à Londres sur l'Afghanistan. Il souhaite que le Yémen figure également à l'agenda des ministres des Affaires étrangères de l'UE, qui se réuniront fin janvier, et du prochain sommet européen.