Cet article date de plus de dix ans.

La secrétaire d'Etat américaine a appelé l'Etat hébreu à faire des "choix difficiles mais nécessaires" pour la paix

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, est attendu lundi à Washington où il doit rencontrer le président Barack Obama pour tenter de rétablir des relations passablement dégradées avec son allié américain.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Hillary Clinton lors d'une conférence de presse à Moscou le 19 mars 2010 (AFP - YURI KADOBNOV)

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, est attendu lundi à Washington où il doit rencontrer le président Barack Obama pour tenter de rétablir des relations passablement dégradées avec son allié américain.

Une avancée vers la paix "exige que toutes les parties, y compris Israël, fassent des choix difficiles mais nécessaires", selon des extraits d'un discours que la secrétaire d'Etat doit prononcer lundi devant le Congrès annuel de l'AIPAC (American Israel PublicAffairs Committee), le principal groupe de pression israélien aux Etats-Unis. A ses yeux, il est important "de dire la vérité" à ses amis quand cela est nécessaire.

"Pour le président Obama, pour moi et pour toute l'administration, notre engagement pour la sécurité d'Israël et pour l'avenir d'Israël est inébranlable", a-t-elle ajouté. "Garantir la sécurité d'Israël est plus qu'une position politique pour moi. C'est un engagement personnel auquel je ne renoncerai jamais", a insisté Hillary Clinton.

L'AIPAC doit également recevoir Benjamin Netanyahu. Ce dernier a accepté sous la pression américaine de faire des "gestes de bonne volonté" pour relancer les négociations avec les Palestiniens. Mais il n'a rien cédé sur un point capital: le gel de la colonisation à Jérusalem-Est, dont la communauté internationale ne reconnaît pas l'annexion en 1967.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.