Cet article date de plus de huit ans.

Journalistes de RFI : trois ravisseurs auraient été identifiés

Selon le journal Le Monde, qui publie l'information sur son site Internet ce mardi, trois des ravisseurs des deux journalistes français assassinés au Mali samedi ont été identifiés. Ils seraient connus des services de renseignements français et seraient proches de la mouvance AQMI. Par ailleurs, au moins 35 personnes ont été arrêtées ces dernières 48h au Mali dans le cadre de l'enquête.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Stringer Reuters)

Quelques jours après l'assassinat au Mali de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, les deux reporters de RFI, les services de renseignements français auraient identifié trois de leurs ravisseurs. L'information a été publiée par Le Monde sur son site internet ce mardi soir.

Les enquêteurs auraient pu avancer dans leur travail grâce à un document découvert dans le véhicule trouvé à proximité des cadavres des deux journalistes. Cette pièce a permis d'identifier un premier homme déjà fiché, en 2010, comme un membre d'Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), et de remonter aux deux autres membres du commando, précise le quotidien.

Interrogés au mois de mai, puis relâchés

Ces trois hommes, appartenant à un même clan familial, seraient connus des autorités françaises, mais ne figurent pas parmi les personnes arrêtées le 3 novembre. Les trois ravisseurs "ont été interrogés, à partir du mois de mai, et à plusieurs reprises, au cours des derniers mois, par les services de renseignements, avant d'être relâchés " après vérification sur leur éventuelle implication dans les combats contre la force française Serval, précise le journal.

Au moins 35 personnes ont été arrêtées ces
dernières 48 heures au cours de l'enquête sur l'assassinat de deux journalistes
français dans le nord du Mali, a appris de son côté l'AFP de sources sécuritaire et
administrative maliennes.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait déclaré lundi que des opérations étaient menées dans des campements pour identifier un certain nom de personnes. "Des interrogatoires de suspects sont menés. " Sept policiers français, notamment de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et de la sous-direction antiterroriste (Sdat) sont à pied d'oeuvre au Mali depuis mardi matin.

A LIRE AUSSI ►►►Mali : 150 soldats en renfort à Kidal, des enquêteurs sur place

Ils doivent relever des empreintes sur la scène du crime, en particulier sur le 4X4 abandonné par les ravisseurs. Ghislaine Dupont et Claude Verlon ont été enlevés puis tués samedi à Kidal alors qu'ils venaient de réaliser une interview avec un représentant des rebelles touaregs du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.