LA PHOTO. Fukushima: un cerisier millénaire devenu symbole de reconstruction

Il y a 6 ans, au nord-est du Japon, un puissant séisme de magnitude 9 sur l'échelle de Richter, suivi d'un tsunami, provoquait le plus grave accident nucléaire depuis Tchernobyl. Plus de 18.000 personnes y ont laissé la vie. La centrale Fukushima Daiichi dévastée laissait échapper d'importantes radiations. En 2017, la situation n'est pas stabilisée mais le renouveau de la nature est signe d'espoir

«Takizakura», littéralement «le cerisier fleuri en forme de chute d\'eau», est considéré comme un miraculé au Japon où la contemplation des floraisons bat son plein en ce mois d\'avril. Après la catastrophe nucléaire de Fukushima, le 11 mars 2011, il s\'est retrouvé dans une zone de forte contamination. Aujourd\'hui, en pleine santé, il symbolise la reconstruction de cette région sinistrée et attire à nouveau des dizaines de milliers de visiteurs, de jour comme de nuit.
«Takizakura», littéralement «le cerisier fleuri en forme de chute d'eau», est considéré comme un miraculé au Japon où la contemplation des floraisons bat son plein en ce mois d'avril. Après la catastrophe nucléaire de Fukushima, le 11 mars 2011, il s'est retrouvé dans une zone de forte contamination. Aujourd'hui, en pleine santé, il symbolise la reconstruction de cette région sinistrée et attire à nouveau des dizaines de milliers de visiteurs, de jour comme de nuit. (Daisuke Tomita/AP/SIPA)
A Miharu, près de Fukushima, le cerisier âgé de 1.000 ans est très populaire. «Takizakura», littéralement «le cerisier fleuri en forme de chute d'eau», est considéré comme un miraculé au Japon où la contemplation des floraisons bat son plein en ce mois d'avril. Après la catastrophe nucléaire de Fukushima, le 11 mars 2011, il s'est retrouvé dans une zone de forte contamination. Aujourd'hui, en pleine santé, il symbolise la reconstruction de cette région sinistrée et attire à nouveau des dizaines de milliers de visiteurs, de jour comme de nuit.