Cet article date de plus d'un an.

À Venise, après les "acqua alta", les touristes ne sont pas revenus pour le carnaval

Le carnaval de Venise débute samedi, mais beaucoup moins fréquenté que d'habitude en raison de la peur des "acqua alta". 

Article rédigé par
Édité par Marina Cabiten - Bruce de Galzain
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des touristes au carnaval de Venise, en 2019. (CHRISTOPHE MORIN / MAXPPP)

Une ambiance particulière, cette année, au carnaval de Venise qui s'ouvre samedi 8 février. Après l'"acqua alta" d'il y a presque trois mois, les touristes ne sont pas revenus. On veut pourtant y croire sur la place Saint-Marc. À coup de perceuses et de marteaux, en plein milieu de la place, une dizaine d'employés terminaient vendredi de construire la grande scène. Elle accueillera plusieurs défilés de vénitiens ou de touristes costumés, mais aussi le vol de l'ange.

Fabrizio Doria est l'organisateur du carnaval de Venise, il affirme que "la jeune fille qui a gagné le concours de la plus belle fille vénitienne va descendre du grand campanile de Saint-Marc, haut de 90 mètres, en musique et devant 30 000 personnes." Fabrizio Doria est un grand optimiste car pour l'instant il n'y a pas beaucoup de monde à Venise, et Katleen qui vient de Belgique pour le carnaval s'en est bien rendu compte : "C'est la déception, je n'ai pas encore vu grand monde... Je me disais au début que les gens allaient se préparer, mais non."

À part les masques dans les vitrines des magasins, on ne voit rien pour le moment. Pour moi il n'y a personne, alors que je pensais vraiment qu'il y aurait foule.

une touriste belge à Venise

à franceinfo

Entre peur de l"acqua alta" et du coronavirus

Venise s'est vidée d'une partie de ses touristes, ça a été aussi rapide que le reflux de l'"acqua alta". Ce phénomène, éphémère pourtant, inquiète encore les touristes trois mois après. D'habitude les hôtels sont pleins pour le carnaval, cette année les réservations ont chuté de 40% dans l’hôtel de Gianni Serandrei à côté de la place Saint-Marc. "Parce qu'ils ont l'impression que la ville est détruite, inondée, certains ont peur de se retrouver dans des situations catastrophiques... ce qui n'est vraiment pas le cas ! Nos prévisions pour le printemps sont en baisse de 35%."

Les gondoliers aussi ont moins de clients et notamment chinois. Andrea Baldi est le président des gondoliers de Venise, il estime la perte à 40% et a très peur de l'impact du coronavirus. "Le coronavirus nous crée un très gros problème, depuis que les avions ont été supprimés, il y a une vraie diminution, davantage qu'avec l'acqua alta ! On va voir avec le carnaval comment ça évolue, ça pourrait être le thermomètre de la saison... mais les perspectives ne sont pas roses."

Et même les Vénitiens se rebellent, ceux qui protestent contre le trafic des bateaux à moteur dans les canaux vont boycotter le défilé de dimanche matin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Italie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.