"Le premier projet non gouvernemental pour la Lune" : un module, financé par un fond privé israélien, va décoller de la Terre

Israël va devenir jeudi la quatrième puissance à envoyer un engin sur la Lune. 

Le module doit décoller de Cap Canaveral jeudi soir. 
Le module doit décoller de Cap Canaveral jeudi soir.  (THOMAS COEX / AFP)

Israël va vibrer au son des boosters de Cap Canaveral aux États-Unis. À 19h45 heure française jeudi 21 février une des fusées de SpaceX va lancer un module israélien dont l’ambition est de se poser sur la Lune. Le pays deviendrait la quatrième puissance à y envoyer un engin. Ce projet a été lancé il y a quatre ans, et a déjà coûté 100 millions de dollars. 

"C'est quelque chose de grand" 

Le petit engin couleur jaune qui va décoller jeudi soir a été financé par des fonds privés. C’est le premier exploit souligne Maurice Khan le président de la societé SpaceIL qui porte le projet : "C'est quelque chose de grand, ce sera le premier projet commercial, non gouvernemental, pour la lune."

L’engin pèse 150 kilos, sans le carburant. Le module, qui ne transportera personne, va être lancé depuis Cap Canaveral. Il va naviguer sept semaines et procédera à des mesures en arrivant sur la lune explique Ido Anteby, le PDG de la société. "Pendant toute la face d'atterrissage on va mesurer le champ magnétique. Ces données seront transférées en Israël à l'institut Weizmann et à la Nasa, cela va servir à étudier l'origine de la Lune", détaille-t-il. L’alunissage est sensé se faire en douceur, ensuite la mission ne durera que deux jours, mais le drapeau israélien devrait rester beaucoup plus longtemps.

Lancement de la première sonde lunaire israélienne - un reportage d'Etienne Monin
--'--
--'--