Cet article date de plus de sept ans.

Israël promet plus de raids sur Gaza après le refus de la trêve

L'aviation israélienne a repris mardi après-midi le bombardement de la bande de Gaza après avoir observé une trêve de six heures, rejetée par le Hamas. Un premier civil israélien a été tué mardi par un tir de roquette près de Gaza et Israël annonce une intensification de ses raids.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les frappes israéliennes ont repris sur la bande de Gaza, après six heures de trêve © REUTERS/Baz Ratner)

La trêve, observée par Israël, mais rejetée par le Hamas, aura duré six heures. L'aviation israélienne a repris mardi après-midi le bombardement de la bande de Gaza. Une frappe aérienne a visé la ville de Khan Younès, dans le sud de l'enclave, et une autre le quartier de Zeitoun, dans l'est de la ville de Gaza.

Et un responsable gouvernement israélien d'expliquer, sous couvert d'anonymat : "Après que le Hamas et le Jihad islamique ont rejeté la proposition égyptienne pour un cessez-le-feu et tiré des dizaines de roquettes sur Israël, le Premier ministre et le ministre de la Défense ont décidé d'agir avec fermeté contre des cibles terroristes à Gaza" .

Un premier civil israélien tué

Deux hommes de 24 et 77 ans sont morts dans la bande de Gaza au cours des raids israéliens de l'après-midi. au total, 194 Palestiniens ont été tués en huit jours de conflit.

Un civil israélien a également été tué par une roquette dont le tir depuis la bande de Gaza a été revendiqué par le Hamas. L'homme de 38 ans était venu distribuer de la nourriture à des soldats postés à Erez, près de la frontière avec le territoire palestinien. Il s'agit de la première victime israélienne depuis le début du conflit, il y a plus d'une semaine.

Israël compte intensifier ses attaques

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a estimé que le rejet de la trêve par le Hamas forcait son pays à "étendre" et à "intensifier" les opérations militaires à Gaza. "Une solution diplomatique aurait été mieux ", a-t-il expliqué à la télévision. "Lorsqu'il n'y a pas de cessez-le-feu, notre réponse est : feu ! "

Il n'a cependant donné aucune indication sur une éventuelle intervention terrestre dans le territoire palestinien, soulignant que la décision devait être "prise à froid et avec patience, et non dans la précipitation et le bruit ".

Le gouvernement israélien avait annoncé mardi matin qu'il acceptait une initiative proposée par l'Egypte et prévoyant une trêve. Le Hamas qui contrôle l'enclave a rejeté la proposition égyptienne et poursuivi ses tirs de roquettes. Six heures plus tard, Israël reprenait ses bombardements.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.