Cet article date de plus de neuf ans.

H7N9 et coronavirus: les pays touchés, les avis des spécialistes

Le coronavirus qui sévit actuellement dans le monde a causé la mort d'une vingtaine de personnes. Le H7N9 est lui responsable d'un nombre de morts plus élevé. Les spécialistes s'accordent à dire que la dangerosité de ces virus est faible.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des Saoudiens et des étrangers devant l'entrée d'un hôpital, à Ryad (Arabie saoudite), le 13 mai 2013. (AFP/FAYEZ NURELDINE)
Le nombre de patients atteints par le virus H7N9 a été évalué en Chine à 130. 35 sont décédés alors que 57 d'entre eux eux sont guéris. La région d'où provient la très grande majorité des cas est le Jiangxi, une province orientale du pays.

Les experts redoutent que ce virus devienne transmissible entre humains, ce qui pourrait déclencher une pandémie. De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a trouvé aucun indice d'une  telle transmission d'homme à homme. Une enquête de généalogie génétique chinoise vient de prouver qu'il est le fruit d'échanges entre oiseaux migrateurs, canards et poulets. 

L'origine du nouveau coronavirus encore inconnue 
La ministre française de la Santé, Marisol Touraine, a rappelé que « Nous ne savons pas qu’elle est l’origine du virus ».
 
Sur les 38 cas d'infections humaines par ce nouveau coronavirus recensés par l'OMS -qui sévit depuis la mi-2012- on compte tout de même 20  morts. Ce qui représente un taux de mortalité pour l'instant bien supérieur à l'épidémie comparable de SRAS en 2003.
 
Pour l'instant les cas ont présenté des "syndromes respiratoires aigus qui  ont nécessité une hospitalisation puis une ventilation artificielle", a relevé une spécialiste néo-zélandaise de la grippe, Dr Sue Huang, rattachée aux centres de référence sur la grippe de l'OMS.
 
La plupart des décès ont eu lieu en Arabie saoudite (15 morts). 28 personnes au total ont contracté le virus dans le royaume. Dans ce pays, un début de panique a commencé à gagner les habitants.
 
Les autorités saoudiennes « ont eu recours aux conseils » de spécialistes des universités américaines et canadiennes.
 
Les autres pays touchés sont le Royaume-Uni (4 cas dont 2 morts), la Jordanie (2 cas dont 2 morts), en Allemagne (2 cas dont un mort).



France: 2 malades hospitalisés
En France, deux personnes sont atteintes par le Coronavirus. Elles sont soignées au CHU de Lille. Le premier patient, âgé de 65 ans a contracté la maladie à Dubaï où il a séjourné. Il a contaminé un de ses voisins de chambre lorsqu’il a été hospitalisé à Valenciennes, avant de rejoindre Douai puis le CHU de Lille.
 
Pour le Pr Daniel Mathieu, "Leur pronostic vital est engagé, mais il existe aussi des chances  raisonnables qu'ils puissent s'en sortir". Dans un bulletin scientifique diffusée par courriel, l’OMS indique que les cas de transmission du virus d’homme à homme sont « limités » avec deux cas avérés Royaume-Uni et un en France. Ce qui est toutefois suffisant pour imposer de strictes mesures de quarantaine pour les personnes atteintes .

Coronavirus et SRAS, une grande proximité 
Le professeur Arnaud Fontanet, de l’Institut Pasteur, souligne « les grands similitudes »  de cette nouvelle menace avec l’épidémie de 2003. Dans les deux cas, les symptômes sont respiratoires et la transmission  s'exerce par voie respiratoire et par contact rapproché, a indiqué cet expert  soulignant aussi que, grâce aux mesures de prévention prises à l'époque, il  avait été "possible de contenir" assez rapidement la propagation du virus.
 
Il y a dix ans la pandémie de SRAS  (Syndrome respiratoire aigu sévère),  partie de Chine, avait causé la mort de plus de 800 personnes et suscité  l'inquiétude dans le monde.
 
La seule différence est que le nouveau virus provoque une insuffisance rénale rapide.

Assemblée spéciale de l'OMS
L'OMS n'a pas pour l'instant de raison de modifier ses recommandations de voyage et de commerce avec l'Arabie Saoudite, indique un porte-parole de cette organisation, Gregory Hartl. La prochaine assemblée mondiale de l'OMS qui démarre le 20 mai à Genève va se pencher, grâce au résultat de nouvelles études en cours, sur les mystère de ce virus. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.