Cet article date de plus de six ans.

Après l'accord, quelles étapes doivent encore être franchies pour sauver la Grèce ?

Si l'accord trouvé lundi 13 juillet évite à la Grèce de sortir de la zone euro, tout n'est pas encore joué. Francetv info revient sur les étapes qu'il reste à franchir avant qu'un nouveau plan d'aide ne soit déclenché.

 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Alexis Tsipras, le 13 juillet 2015, à Bruxelles (Belgique).  (CITIZENSIDE / JONATHAN  RAA / AFP)

Un accord a enfin été trouvé "à l'unanimité", lundi 13 juillet. Pour autant, le parcours du combattant pour le sauvetage de la Grèce est loin d'être terminé. "L'Europe a décidé d'une feuille de route. Maintenant, tout dépend de la mise en œuvre", a prévenu le Premier ministre estonien, Taavi Roivas, sur son compte Twitter.

Pour comprendre le processus à venir, Francetv info revient sur les étapes qu'il reste à franchir avant qu'un nouveau plan d'aide ne soit déclenché.

>> Suivez en direct les dernières informations sur la crise grecque

Etape 1 : le Parlement grec doit se prononcer

Tout peut capoter dès cette étape. Dans les prochains jours, mardi ou mercredi, les Grecs légiféreront, a annoncé le patron de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem. "Le plan dans son ensemble devra être approuvé, mais aussi les premières actions" exigées par les créanciers, a déclaré Jeroen Dijsselbloem à la presse à l'issue d'un sommet de l'Eurogroupe validant un projet de troisième plan d'aide à la Grèce.

Alexis Tsipras a désormais pour mission de convaincre les parlementaires grecs de valider au moins six nouvelles réformes, rapporte un journaliste grec sur Twitter.

 

On ignore encore le détail de ces réformes, mais elles sont "radicales", selon le Premier ministre grec, et correspondent à ce dont "la Grèce a besoin".

Etape 2 : l'Eurogroupe doit donner son feu vert

A l'issue de la consultation des députés grecs, les membres de l'Eurogroupe ont prévu d'organiser une nouvelle réunion, téléphonique cette fois, probablement mercredi. En fonction du vote, c'est lui qui donnera aux Parlements nationaux le feu vert pour se prononcer, a ajouté Jeroen Dijsselbloem, soulignant que les Parlements étaient bien évidemment souverains.

Etape 3 : les Parlements européens également consultés 

La balle sera donc dans le camp de chacun des 19 membres de l'Eurogroupe. Les Parlements nationaux qui doivent voter sur le projet d'aide européenne à la Grèce le feront probablement cette semaine, sans doute mercredi, jeudi ou vendredi.

On sait déjà que, en France, l'Assemblée nationale votera mercredi, a annoncé François Hollande lors d'une conférence de presse, lundi 13 juillet. De son côté, la chancelière allemande, Angela Merkel, a expliqué qu'elle recommenderait au Bundestag d'autoriser l'ouverture de négociations avec la Grèce sur ce troisième renflouement, mais une fois que le parlement grec aura approuvé l'ensemble du programme et promulgué les premières lois.

Etape 4 : de nouvelles négociations débuteront

Il faudra attendre que toutes ces étapes soient validées pour qu'une décision "plus formelle" soit prise et que les négociations débutent enfin, a précisé Jeroen Dijsselbloem. Elles doivent permettre à la Grèce de bénéficier des fonds du Mécanisme européen de stabilité (MES) pour la troisième fois depuis 2010. 

En attendant, les ministres des Finances de la zone euro doivent se pencher dans les heures à venir sur les moyens de financer un prêt-relais pour faire la soudure entre les besoins financiers immédiats de la Grèce et l'obtention de ces fonds.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grèce

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.