Cet article date de plus de neuf ans.

Vidéo La mort d'une jeune femme relance le débat sur l'IVG en Irlande

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Jacques Cardoze et Thomas Donzel -France 2 Londres
Article rédigé par
France Télévisions

Savita Halappanavar, enceinte de 17 semaines, est morte de septicémie après s'être vu refuser un avortemement par l'hôpital. 

 

SANTE – Une jeune femme de 31 ans est morte dans la nuit du 28 octobre dans un hôpital irlandais après que les médecins ont refusé d'interrompre sa grossesse au motif que l'IVG est interdit dans le pays. Savita Halappanavar, enceinte de 17 semaines, est arrivée à l'hôpital pour des douleurs dans le dos et des pertes de sang. Ces douleurs étaient en fait causées par une fausse couche en train de se produire. 

Informée, la jeune femme a demandé à plusieurs reprises que l'on mette un terme à sa grossesse. Mais l'établissement a refusé, arguant que le cœur du fœtus battait et que l'Irlande "est un pays catholique". Selon son époux, Savita a agonisé pendant deux jours et demi, jusqu'à ce que le cœur du fœtus lâche, avant de mourir de septicémie, une semaine après avoir été admise à l'hôpital universitaire de Galway.

L'avortement est interdit en Irlande sauf quand la vie de la mère est en danger, selon une décision de la Cour suprême de 1992. Cependant, aucune loi n'a été votée pour faire appliquer cette décision. Les correspondants de France 2 à Londres reviennent sur la controverse sur l'IVG rallumée en Irlande après cette mort.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.