Cet article date de plus de sept ans.

Tuerie de Bruxelles : "L'Europe est la solution" (Cazeneuve)

Lors d'une conférence de presse commune, Bernard Cazeneuve et Joëlle Milquet ont réaffirmé la nécessité d'une coopération européenne dans le cadre de la lutte contre les filières djihadistes. Les deux ministres de l'Intérieur intervenaient après l'arrestation d'un suspect présumé dans la tuerie de Bruxelles.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Joëlle Milquet et Bernard Cazeneuve lors d'une conférence presse commune  © REUTERS/Benoit Tessier)

Bernard Cazeneuve, ministre français de l'Intérieur et son homologue belge Joëlle Milquet ont tenu une conférence de presse commune quelques heures après l'annonce de l'arrestation de Mehdi Nemmouche. Ce Français est soupçonné d'être l'auteur de la tuerie de Bruxelles qui a fait quatre morts.

A lire aussi ►►► Tuerie de Bruxelles : entre braquage et djihad, le parcours du suspect

Les enquêteurs ont déjà pu retracer le parcours du jeune homme de 29 ans. Il s'est notamment rendu pendant près d'un an aux côté de djihadistes en Syrie. Pour Joëlle Milquet, "nous sommes face à un phénomène qui dépasse les frontières nationales". "Face à ses défis, l'Europe n'est pas le problème mais la solution ", a pour sa part affirmé Bernard Cazeneuve.

"Coopération internationale essentielle"

Le ministre français de l'Intérieur a annoncé une réunion européenne mercredi à Luxembourg pour évoquer la question de la lutte contre les filières djihadistes martellant que "la coopération internationale est essentielle pour arrêter ce genre d'individu ".

Bernard Cazeneuve a également détaillé à nouveau le plan français adopté le 23 avril dernier. Il s'agit de lutter contre la propagande djihadiste "véhiculée par internet " et de mieux accompagner les familles. Une plate-forme téléphonique de signalement à destination des familles a ainsi été mise en place.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.