Italie : Noël, malgré tout, après le séisme qui a détruit Amatrice

Le 24 août dernier, un tremblement de terre dévastait Amatrice, dans le centre de l'Italie. Le village, toujours meurtri, s'apprête à fêter Noël, dans une ambiance solidaire.

Les décombres à Amatrice (Italie) en décembre 2016, quatre mois après le séisme
Les décombres à Amatrice (Italie) en décembre 2016, quatre mois après le séisme (RADIO FRANCE / MATHILDE IMBERTY)
avatar
Mathilde ImbertyfranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Il y a quatre mois, un terrible tremblement de terre en Italie frappait Amatrice, faisant 297 morts et des centaines de sans-abri. Ce village martyr, qui était réputé pour sa gastronomie et sa douceur de vivre, va fêter Noël samedi et dimanche, au milieu des gravats et des préfabriqués. 

Une solidarité toujours vivante à Amatrice

Samedi soir, le curé d’Amatrice, le père D’Amelio, célèbrera la messe de Noël dans l’église provisoire du village. Malgré la jolie crèche animée offerte par des donateurs, l’ambiance, dans le préfabriqué, a bien du mal à se réchauffer. Un habitant d’Amatrice se souvient des années précédentes, quand on organisait "une crèche vivante, puis une procession jusqu’à l’église principale, pleine à craquer le soir de Noël". Cette annéeil se doute qu'il y aura "beaucoup d’émotion en pensant à tous ceux qui nous ont quittés", ajoutant que "Noël, c’est aussi la confiance et l’espoir."  

Le curé d\'Amatrice (Italie) en décembre 2016 dans l\'église provisoire de la ville, quatre mois après le séisme
Le curé d'Amatrice (Italie) en décembre 2016 dans l'église provisoire de la ville, quatre mois après le séisme (RADIO FRANCE / MATHILDE IMBERTY)

Livia, elle aussi, a le cœur lourd. Cette femme, bénévole à la Croix Rouge, a perdu sa maison dans le séisme de l'été dernier. Depuis, elle vit depuis chez sa fille à Rome. "Heureusement, dit-elle, l’élan de solidarité ne faiblit pas depuis le 24 août". Le père Noël a trouvé le chemin d’Amatrice. "On nous envoie des jouets, de la nourriture, des vêtements. Les enfants sont ultra gâtés, ils ont l’air heureux", confie-t-elle dans un sanglot, ajoutant que pour les adultes, la période des fêtes et bien plus difficile à vivre. "On aurait tous préféré passer Noël dans nos foyers, avec ceux que l’on aimait."

Livia, bénévole de la Croix Rouge, à Amatrice (Italie) en décembre 2016
Livia, bénévole de la Croix Rouge, à Amatrice (Italie) en décembre 2016 (RADIO FRANCE / MATHILDE IMBERTY)

Bientôt 25 nouvelles maisons

Ce 24 décembre, le président du Conseil italien, Paolo Gentiloni, viendra présenter ses vœux à la population d’Amatrice. Le maire du village meurtri, Sergio Pirozzi, passera les fêtes aux côtés de ses administrés. Un déjeuner spécial sera organisé dimanche midi, sous les tentes qui servent de cantine. Le maître mot reste la solidarité. "Nous irons chercher en navette les personnes les plus isolées pour passer Noël ensemble. Ce sera pareil pour le jour de l’an. Il faut que l'on se serre les coudes."

2017 sera l’année de la reconstruction, promet le maire. Les chantiers progressent dans le village. Ainsi, les 25 premières maisons sortiront de terre en janvier. Elles seront occupées en priorité par les personnes âgées et les familles. Amatrice comptait un peu plus de 2 000 habitants avant le séisme. Aujourd’hui, il n'en reste que la moitié. 

Les décombres à Amatrice (Italie) en décembre 2016, quatre mois après le séisme
Les décombres à Amatrice (Italie) en décembre 2016, quatre mois après le séisme (RADIO FRANCE / MATHILDE IMBERTY)

Italie : Noël, malgré tout, après le séisme qui a détruit Amatrice - un reportage de Mathilde Imberty
--'--
--'--