Réduction de 55% des émissions carbone d'ici 2030 : l'engagement des 27 va permettre de "changer d'échelle", estime Pascal Canfin

Cet accord va permettre "d'aller deux fois et demi plus vite dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre que dans la décennie qui vient de s'écouler", explique le président de la commission environnement et santé publique au Parlement européen.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pascal Canfin, président de la commission environnement et santé publique au Parlement européen, le 15 mars 2021. (ARIS OIKONOMOU / AFP)

Cet accord va permettre de "changer d'échelle" dans l'action climatique, a estimé Pascal Canfin, président de la commission environnement et santé publique au Parlement européen, mercredi 21 avril sur France Inter, après l'engagement par les 27 États de l'Union européenne d'une réduction d'"au moins 55 %" des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, par rapport au niveau de 1990.

Ce "compromis place l'Europe dans les endroits du monde les plus ambitieux sur le climat", a-t-il salué. En novembre dernier, les dirigeants des États membres de l'UE s'étaient déjà entendus sur ce chiffre. Le Parlement européen, lui, réclamait une baisse d'au moins 60 %.

"Les modèles économiques les plus émetteurs de CO2 vont devoir changer"

L'eurodéputé assure que cet accord permettra "d'aller même jusqu'à 57 %". Pour simplifier cette avancée, Pascal Canfin précise que cela va permettre "d'aller deux fois et demi plus vite dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre que dans la décennie qui vient de s'écouler". Cette loi "trace les trente prochaines années de l'action climatique du continent".

Concrètement, ce nouvel engagement va par exemple "changer les standards des voitures pour faire en sorte qu'à partir très probablement de 2035, il ne puisse être possible de commercialiser des véhicules essence et diesel parce qu'elles seront jugées trop polluantes", poursuit l'eurodéputé. Cet accord permettra également d'accélérer le rythme des énergies renouvelables, mais aussi augmenter le prix du carbonne par nos industries. "Cela veut dire que les modèles économiques qui sont les plus émetteurs de CO2, l'acier, le verre, le papier, ces industries dites lourdes vont devoir changer leur modèle économique", a souligné Pascal Canfin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.