Le naufrage en Méditerranée a fait 800 morts, selon un nouveau bilan

Deux des rescapés ont été placés en garde à vue, mardi. Il s'agirait du capitaine du chalutier et d'un second.

Des rescapés arrivent dans le port de Catane (Italie) le 20 avril 2015, après le naufrage de leur chalutier au large des côtes libyennes.
Des rescapés arrivent dans le port de Catane (Italie) le 20 avril 2015, après le naufrage de leur chalutier au large des côtes libyennes. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Après le naufrage d'un chalutier au large de la Libye ce week-end, un nouveau bilan fait état de 800 morts, selon le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations, mardi 21 avril. "Nous avons confronté les témoignages, il y avait un peu plus de 800 personnes à bord, dont des enfants de 10, 12 ans. Il y avait des Syriens, environ 150 Erythréens, des Somaliens... Ils étaient partis samedi à 8 heures de Tripoli", en Libye, a expliqué Carlotta Sami, porte-parole du HCR en Italie.

Deux survivants placés en garde à vue

Cette estimation n'a pas été confirmée par les garde-côtes italiens. Elle s'appuie sur les témoignages des 27 survivants arrivés dans le port sicilien de Catane (Italie), durant la nuit. Un autre rescapé avait été transporté d'urgence et hospitalisé à Catane, dimanche, après le naufrage. Selon le récit des survivants, le chalutier qui les transportait a chaviré sous l'effet d'un mouvement de foule alors qu'approchait un cargo portugais appelé à son secours.

>> Suivez l'évolution de la situation en direct dans notre direct

Par ailleurs, la police italienne annonce que deux des survivants ont été arrêtés à bord du bateau des garde-côtes qui a secouru les naufragés. Il s'agit d'un Tunisien et d'un Syrien, soupçonnés d'avoir été le capitaine et un membre d'équipage du chalutier, comme l'a confirmé le ministre de l'Intérieur italien Angelino Alfano. Ils sont accusés d'homicides et d'aide à l'immigration clandestine.