DIRECT. Naufrages en Méditerranée : l'UE envisage dix actions "immédiates" pour faire face à la "crise"

Au moins trois personnes sont mortes, lundi, dans le naufrage d'un nouveau navire de migrants, au large de Rhodes. En parallèle, les recherches se poursuivent après le naufrage d'un bateau survenu dimanche, qui pourrait avoir causé la mort de plus de 700 migrants.

Des habitants et des secouristes viennent en aide à des migrants après leur naufrage au large de l\'île de Rhodes (Grèce), le 20 avril 2015. Photo d\'illustration.
Des habitants et des secouristes viennent en aide à des migrants après leur naufrage au large de l'île de Rhodes (Grèce), le 20 avril 2015. Photo d'illustration. (ARGIRIS MANTIKOS / EUROKINISSI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Si nous n'agissons pas maintenant, la crise va prendre des proportions dangereuses dans les mois qui viennent." C'est ce qu'a déclaré, lundi 20 avril, le commissaire européen Dimitris Avramopoulos, alors qu'un voilier transportant plusieurs dizaines de migrants s'est échoué le même jour au large de l'île grecque de Rhodes et que deux autres bateaux sont en difficulté près des côtes libyennes.

Voici les dernières informations :

 L'Union européenne envisage dix actions "immédiates" pour faire face à la "crise". Ce plan a été "pleinement soutenu" par les ministres des Affaires étrangères et de l'Intérieur de l'Union européenne réunis en urgence à Luxembourg : "Il doit être soumis jeudi aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE lors d'un sommet extraordinaire à Bruxelles."

 Trois migrants, dont un enfant, ont péri lundi dans un naufrage près de l'île grecque de Rhodes, dans le sud-est de la mer Egée, et 93 personnes ont pu être sauvées au cours d'une impressionnante opération de secours à quelques mètres du rivage, a annoncé la police portuaire.

 Les garde-côtes italiens ont demandé lundi à des navires marchands de venir en aide à deux bateaux chargés de migrants en difficulté au large de la Libye, a précisé le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi. Un bateau pneumatique, transportant 100 à 150 personnes, et un bateau plus vaste, avec quelque 300 personnes à bord, ont appelé au secours.

Des recherches sont encore en cours après le naufrage d'un bateau dans la nuit de samedi à dimanche, au large des côtes libyennes. Il y a 28 survivants, a confirmé le procureur de Catane, en Sicile (Italie). Ils sont entendus actuellement par la police. Selon l'un d'eux, 950 migrants sont montés à bord de ce navire, un chiffre à prendre encore avec précaution d'après le procureur. "Des corps peuvent encore se retrouver coincés à l'intérieur du navire", estime-t-il. Le naufrage pourrait avoir causé la mort de plus de 700 migrants.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #NAUFRAGE

22h39 : La Commission européenne a présenté dix propositions d'actions pour lutter contre le trafic de migrants et empêcher les candidats à l'immigration de risquer leurs vie en traversant la Méditerranée. Francetv info dresse la liste de ces dix mesures d'urgence.




(ARGIRIS MANTIKOS / EUROKINISSI / AFP)

19h40 : Le plan de l'UE pour éviter de nouveaux drames en Méditerranée comporte dix actions "immédiates". Parmi elles, un renforcement des moyens de l'agence Frontex, qui devrait voir doubler les moyens de son opération de surveillance maritime Triton. L'Europe veut aussi s'en prendre aux trafiquants en lançant une opération "systématique pour capturer et détruire les navires" utilisés.

18h39 : La Commission européenne propose dix actions pour éviter de nouveaux drames en Méditerranée.

18h39 : "Certes, l'Union européenne est coupable d'avoir failli à mettre en place un système de gestion efficace des flux migratoires. (...) Mais les premiers coupables, ce sont les trafiquants et passeurs qui profitent de la désespérance de ces migrants pour nourrir leurs activités criminelles et "racketter" chaque candidat à l'immigration de 2 000 à 3 000 euros. Les premiers responsables, ce sont les pays sources, souvent zones de conflit, qui alimentent ou ferment les yeux sur ces exodes."

L'ancien ministre UMP de l'Intérieur, Brice Hortefeux, réagit dans un communiqué aux naufrages d'embarcations de migrants en Méditerrannée. Il appelle à "ne pas se tromper de responsable".

17h39 : Hasard du calendrier, l'Italie a annoncé cet après-midi, au lendemain d'un naufrage en Méditerranée, le démantèlement d'un réseau de passeurs. Ces trafiquants ont organisé au moins 15 voyages depuis mai 2014 et réclamaient aux candidats à l'immigration entre 1 500 et 2 000 dollars (1 395 à 1 861 euros).

16h49 : "La situation en Méditerranée est dramatique, cela ne peut plus continuer comme ça", a déclaré Donald Tusk pour justifier ce sommet extraordinaire, dans une courte vidéo postée sur YouTube. "L'objet du sommet est de discuter ce que nous pouvons et devons faire pour calmer la situation", a-t-il déclaré, tout en reconnaissant qu'une solution rapide et définitive à ce problème est illusoire.



(DONALD TUSK / YOUTUBE)

16h42 : Un sommet européen extraordinaire aura lieu jeudi pour parler de la crise des migrants, annonce le président du conseil européen, Donald Tusk.

16h29 : "Des attaques contre le racket de la mort, des attaques contre les esclavagistes font partie du raisonnement".



Le Premier ministre italien a menacé cet après-midi de s'en prendre aux passeurs qui affrètent les navires de migrants, évoquant des "interventions ciblées".

16h19 : Le procureur de Catane (Italie) semble regretter le dispositif Mare Nostrum, plus ambitieux que l'opération Triton actuellement en cours. "Avec Mare Nostrum, nous avions une position bien plus avancée" pour enquêter et arrêter les passeurs, explique-t-il.

16h15 : Le procureur de Catane (Italie) donne une conférence de presse sur le naufrage de ce week-end. Il explique comment les passeurs ont enfermé les migrants dans chacun des trois étages du navire. "Selon ce que nous a dit le témoin, nous avions un total de 950 migrants, mais il s'agit d'une approximation", a-t-il expliqué.

15h42 : Voici de nouvelles images du naufrage d'un voilier transportant des migrants au large de l'île de Rhodes (Grèce).


(ATHENS NEWS AGENCY / ANADOLU AGENCY / AFP)

15h27 : Amnesty International appelle à un rassemblement ce soir à Paris, à 19h place de la République. L'ONG veut dénoncer "la politique migratoire désastreuse de l'Europe".

15h17 : On ignore s'il s'agit du bateau en détresse signalé par l'Organisation internationale pour les migrations. Mais le Premier ministre italien, Matteo Renzi, vient d'annoncer que l'Italie et Malte sont en train de secourir deux bateaux - de 150 et 300 migrants - au large de la Libye.

15h03 : @anonyme : Comme nous l'expliquons dans cet article, l'opération Triton, qui a remplacé Mare Nostrum en décembre 2014, est beaucoup plus modeste, avec seulement trois avions et neuf navires. Elle se limite en outre à une zone de 30 miles (environ 50 km) au large des côtes italiennes, sans aller plus bas vers les côtes libyennes, contrairement à Mare Nostrum.

15h03 : Mare Nostrum ou Triton, qu'est-ce qui différencie ces deux opérations européennes dans la Méditerranée ?

14h24 : En 2014, l'agence Frontex a détecté plus de 270 000 passages clandestins aux frontières de l'Union européenne. Voici les principales routes empruntées par les migrants.
.


(FRANCETV INFO)

14h06 : Les naufrages se succèdent en Méditerranée. Le point sur la situation :

• Un voilier de migrants s'est fracassé sur un rocher sur la côte de l'île de Rhodes (Grèce). Selon les garde-côtes, il y a au moins trois morts et 90 rescapés.



• L'Organisation internationale pour les migrations a reçu un appel de détresse ce matin. "La personne qui a appelé dit qu'il y a plus de 300 personnes sur son bateau et qu'il est en train de couler", indique l'OIM.

• Les recherches continuent pour tenter de trouver des rescapés du drame de ce week-end, qui pourrait coûter la vie à 700 personnes. Aucun autre survivant ou victime n'ont été retrouvés aujourd'hui hormis les 24 morts et 28 survivants retrouvés dans la nuit de samedi à dimanche.

13h43 : Un autre voilier de migrants s'est échoué au large de l'île grecque de Rhodes. Selon les garde-côtes grecs, il y a au moins trois morts et 90 rescapés. Voici une vidéo de l'opération de secours, mise en ligne par un média grec.



(Ροδιακή Εφημερίδα)

13h24 : On en sait un peu plus sur le naufrage en cours en Méditerranée. L'Organisation internationale pour les migrations de Rome (Italie) a reçu un appel à l'aide. "La personne qui a appelé dit qu'il y a plus de 300 personnes sur son bateau et qu'il est en train de couler", indique l'OIM. Ce bateau se trouve dans les eaux internationales.

13h15 : Un nouveau naufrage d'un bateau est en cours en Méditerranée, avec plus de 300 migrants à bord.

12h39 : Au lendemain du naufrage d'un chalutier transportant des centaines de migrants, les autorités françaises et européennes se disent décidées à réagir. "Il y a urgence", estime depuis Bruxelles Harlem Désir, secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, avant d'exposer les quatre domaines dans lesquels l'Europe doit agir.



(APTN)

12h34 : Selon son porte-parole, la chancelière allemande Angela Merkel est "bouleversée" après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée. "Un continent préoccupé par l'humanité doit trouver des réponses même quand il n'y a pas de réponses faciles", a-t-il ajouté.

12h35 : "Ils disent de moi que je fais toujours monter trop de migrants sur les barques... mais ce sont eux qui veulent partir tout de suite." Mered Medhanie mène la grande vie à Tripoli (Libye). Surnommé le "général", ce passeur se vante d'avoir fait partir 7 à 8 000 migrants en direction de l'Italie, rapporte La Repubblica (en italien), qui rapporte ces propos issus d'une écoute de la police italienne.

12h10 : Le naufrage en Méditerranée bouleverse l'agenda de Bernard Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur a annulé une réunion avec les opérateurs internet, pour se rendre cet après-midi à la réunion d'urgence de l'Union européenne sur l'immigration à Luxembourg.

11h54 : "Nous n'avons plus d'alibi. L'Union européenne n'a plus d'alibi, les Etats membres n'ont plus d'alibi."

La chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, estime que l'UE doit prendre des mesures "immédiates" pour prévenir de nouvelles "tragédies" en Méditerranée. Il s'agit pour elle d'une "obligation morale".

11h24 : "Maintenant, il nous faut une réponse forte et sérieuse de l'Europe. Assez de cette hécatombe en mer." La maire de Lampedusa (Italie), Giusi Nicolini, lance un appel à l'Union européenne. Francetv info vous explique pourquoi l'Europe est sur le banc des accusés, après le naufrage d'un navire rempli de migrants, qui pourrait avoir causé la mort d'au moins 700 personnes.

10h58 : Les premières victimes du naufrage au large de la Libye sont arrivées à Malte, signale la porte-parole du Haut-commissariat aux Nations unies pour les réfugiés en Italie, qui publie une photo des dépouilles sur Twitter.

10h18 : Les recherches continuent deux jours après le naufrage d'un chalutier rempli de centaines de migrants. La nuit dernière, les gardes-côtes italiens n'ont retrouvé aucun nouveau survivant. Pour l'heure, 28 personnes ont survécu à ce naufrage.




(APTN)

10h03 : Comment empêcher de nouveaux drames en Méditerranée ? Le directeur adjoint de l'Agence de contrôle des frontières extérieures de l'Europe (Frontex) envisage l'ouverture de "nouvelles voies d'immigration légale" pour les personnes fuyant les conflits.

09h02 : Hier, Matteo Renzi, le chef du gouvernement italien, a tenu une conférence de presse au lendemain du naufrage d'un chalutier chargé de 700 migrants. Il a réclamé l'organisation d'un sommet européen extraordinaire sur le sujet. "Nous devons arrêter de penser que ce sont des chiffres qui sont morts, a-t-il déclaré. Ce sont des gens qui sont morts."

(APTN / FRANCETV INFO)

08h54 : L'Union européenne réunira, cet après-midi, ses ministres de l'Intérieur et des Affaires étrangères, après le nouveau naufrage en Méditerranée.

08h28 : "Ce drame est le triste symbole de l'impuissance politique européenne."

Les politiques français réagissent au nouveau naufrage en Méditerranée. Invité d'Europe 1, l'UMP Bruno Le Maire, ancien secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, juge qu'il "est temps que l'UE redéfinisse sa politique migratoire, surtout sa politique d'asile".

08h41 : Aucun autre survivant ou nouvelle victime n'ont été retrouvés après le naufrage au large de la Libye. Le bilan officiel du drame reste, pour l'heure, de 24 morts et 28 survivants, mais des témoignages font état de plus de 700 migrants à bord du navire. Les recherches se poursuivent.

07h41 : "Dans cette affaire, l'Europe est coupable de non-assistance à personne en danger, elle nous fait honte !"

Bernard Kouchner propose la création d'une "flottille européenne de secours", après le nouveau drame qui a eu lieu en Méditerranée ce week-end. "Avant toute chose, jetons une bouée à ces gens qui se noient", implore l'ex-ministre dans Le Parisien.

07h04 : Ce nouveau naufrage est le symbole d'un "drame sans fin" en Méditerranée, juge La Croix, pour qui "l'Europe tarde à prendre la mesure de ce flux migratoire".





(LA CROIX)

07h04 : La Méditerranée est une "mer morte", titre Libération, après le nouveau naufrage entre la Libye et l'Italie. "En première ligne, l'Europe doit trouver une réponse aux centaines de milliers de personnes qui fuient les crises au Moyen-Orient et en Afrique", estime le journal.




(LIBERATION)

07h07 : Comment éviter l'hécatombe en Méditerranée ? Après le naufrage de ce week-end, France 3 a interrogé des experts, pour tenter de savoir comment empêcher ces hommes, femmes et enfants de risquer leur vie. Décryptage.

(J. ASSOULY / FRANCE 3)

06h33 : Le dernier naufrage en Méditerranée n'est pas une première. Sans tenir compte de cette nouvelle tragédie, plus de 900 migrants ont perdu la vie depuis le début de l'année en effectuant la traversée entre la Libye et l'Italie, contre moins de 50 sur la même période l'année dernière, selon les organisations humanitaires.

06h14 : Les Nations unies appellent la communauté internationale à partager la prise en charge des réfugiés, après le naufrage en Méditerranée d'un bateau avec 700 migrants. Dès aujourd'hui, les ministres des Affaires étrangères européens, réunis à Luxembourg, doivent discuter des migrations et de la Libye, pays d'origine de la plupart de ceux qui se lancent dans une telle traversée.