Vidéo Naufrage de migrants en Méditerranée : "Il n'y a pas de moyens de sauvetage en mer digne de ce nom", déplore Médecins du Monde

Publié
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Après la mort de 80 migrants au large du Péloponnèse, Florence Rigal, présidente de l’ONG Médecins du Monde, réclame jeudi sur franceinfo une politique de sauvetage en mer portée par les Etats.

"Il n'y a pas de moyens de sauvetage en mer digne de ce nom", a déploré jeudi 15 juin sur franceinfo, Florence Rigal, présidente de l’ONG Médecins du Monde alors qu'au large de la Grèce près de 80 migrants ont perdu la vie dans un naufrage mardi dernier. Il s'agit d'un bilan provisoire.

"Depuis 2014, c'est plus de 20 000 personnes qui sont mortes sur ce parcours en Méditerranée centrale. C'est un véritable cimetière", a-t-elle estimé. "On attend une mobilisation forte des Etats", a-t-elle ajouté. Les migrants avaient quitté la Libye à bord d’un bateau de pêche. Leur embarcation a chaviré au large du Péloponnèse.

Il faut "une vraie politique de sauvetage en mer"

"On réclame vraiment qu'il y ait une vraie politique de sauvetage en mer, portée par les Etats", a-t-elle déclaré. Elle souhaiterait que Frontex, l'Agence européenne de gardes-frontières et de garde-côtes s'engage dans le sauvetage en mer : "C'est l'ensemble des Etats qui doivent se mobiliser pour mettre des bateaux sur place. De toute façon, les personnes se déplacent", dit-elle.

"On laisse le secours en mer à des associations, des organisations de la société civile auxquelles on multiplie les entraves."

Florence Rigal

à franceinfo

"Ces drames ne dissuadent pas les personnes de se déplacer. On attend une mobilisation forte des Etats. Effectivement, ce sont des engagements financiers, mais qui sont indispensables pour sauver les personnes", assure Florence Rigal. "On ne peut pas être dans une société qui accepte de laisser mourir les personnes", a-t-elle estimé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.