VIDEO. Face aux migrants, la Hongrie ferme sa frontière

Alors que le "mur" de barbelés en construction à la frontière serbo-hongroise devrait être terminé mardi 15 septembre, un nombre record d'arrivées de réfugiés a été enregistré samedi 12.

FRANCE 2

Une véritable course contre la montre. A la frontière serbo-hongroise, les réfugiés pressent le pas. Il y a quelques jours, Budapest a annoncé que les migrants ne pourront bientôt plus entrer en Hongrie. A compter du mardi 15 septembre, le franchissement de la clôture barbelée de 175 kilomètres de long érigée par les autorités hongroises sera en effet passible d'une peine d'emprisonnement. Pour surveiller ce "mur", un recours accru à l'armée sera autorisé. 

En attendant, un nouveau nombre record d'arrivées de migrants a été enregistré samedi 12 septembre, a annoncé la police hongroise dimanche. Au total, 4 330 migrants sont entrés dans le pays en une seule journée. Le précédent record, établi jeudi 10 septembre, était de 3 601 arrivées.

Pour Paris, la Hongrie se met "hors des valeurs de l'UE"

Interrogé sur la ligne dure de Budapest, le ministre français des Affaires européennes, Harlem Désir, a renouvelé les virulentes critiques de la France. "Avec ses barbelés, la Hongrie se met clairement hors des valeurs de l'Union européenne, a-t-il martelé. Les valeurs de l'Union européenne, ce n'est pas de dresser des murs, ce n'est pas d'ériger des barbelés, ce n'est certainement pas que chacun mène une politique nationale."

Fin août, de précédentes déclarations du chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, jugeant "scandaleuse" l'attitude hongroise, avaient suscité une certaine tension entre les deux pays, entraînant la convocation de l'ambassadeur de France à Budapest par son homologue hongrois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des soldats hongrois patrouillent à la frontière serbo-hongroise, le 13 septembre 2015.
Des soldats hongrois patrouillent à la frontière serbo-hongroise, le 13 septembre 2015. (DADO RUVIC / REUTERS )